Pouvoir d'achat : une mission pour Fillon

Publié le par Rébus

Le fantôme de Matignon ressurgit, ou tente de le faire, dans l'actualité, profitant du voyage de Sarkozy en Algérie. Le numéro des duettistes commence à  être rôdé. L'omniprésence du chef de l'état ne laissant guère  au Premier Ministre à mèche que les voyages internationaux, les éventuelles migraines, enfin, les diverses absences comme occasion de s'exprimer.

Pendant que Sarkozy et Bouteflika parleront du lobby juif qui n'existe pas , du pétrole et du gaz - euh, en langage moderne, de Total, d'Areva et de GDF, l'entreprise qu'on ne privatisera jamais , parole de Sarko - et peut être un peu des banlieues, Fillon n'écoutant que son courage, entreprendra de sauver la France à lui tout seul.

Enfin, sauver la France et le pouvoir d'achat, voilà une mission à la hauteur du Bela Lugosi de la Sarthe (l'est de plus en plus  pâle, ce pauvre François). Alors , quelles sont les annonces ?

Concrètement, pas grand chose, on va mettre en place, prochainement, un dispositif, blababla,  afin de  "mettre en oeuvre les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy". En gros, on réfléchit, et on vous appelle dès qu'on a trouvé. D'ici là, divers ministres tels que Boutin, Woerth et Bertrand le Négociator potelé du gouvernement sont incités à "se concerter  avec les partenaire sociaux et les syndicats" ainsi que, pour Boutin, les associations de propriétaires.

Bon, ça ne mange pas de pain comme annonce. Fillon, toute mèche au vent, évoque une déblocage de la participation salariale et une, hypothétique pour l'instant, prime de 1000 euros pour les entreprises ne possédant pas de plan de participation. La mise en oeuvre de  cette prime n'étant pas clairement définie.

Sinon, l'essentiel de la révolution promise repose sur le désormais célèbre "Travaillez plus pour gagner plus", d'où l'idée du rachat des RTT et des comptes épargne temps.

Vous voulez  une  hausse de salaire, vivez dans votre bureau, magasin ou atelier (tiens, comme les clandestins chinois) mais ne comptez pas sur des revalorisations salariales diverses.

Toujours la rengaine du travail comme solution unique, en ne tenat aucun compte de la précarité de certains emplois ou du chômage massif. Ceux qui travaillent le feront plus encore, pour les autres, rien ne changera.

Une partie de la population est donc clairement laissée de côté et on demande à une autre de vivre  uniquement pour le travail et renoncer à toutes idées de loisirs ou autres pour des augmentations minimes. A mettre en parallèle avec les énormes cadeaux fiscaux faits en début de règne.

Petite parenthèse, le chanteur belgo-hevèto-français préféré du Président, lui, ne veut pas travailler plus et entend prendre sa retraite

Ça fait plaisir, ça ; une bonne nouvelle  pour terminer ce billet.

Commenter cet article

stormbreaker 12/12/2007 23:10

Enfin, en attendant, il continue se squatter les écrans télés malheureusement le jauni

LE CONCOMBRE MASQUÉ 05/12/2007 23:40

Daria a raison réjouissons nous de la retraite du pseudo Elvis français, c'est toujours ça de pris

anaconda 05/12/2007 19:16

Le pouvoir d'achat façon Sarkozy, bossez comme des dingue, vous aurez une dizaine d'euros en plus par mois, ça motive

daria 04/12/2007 23:52

Tout ce que je veux reteni, c'est la retraite d'Halliday, enfin!!!

thorgal 04/12/2007 23:16

@ catherine

Il semblerait en plus que cette prime ne repose que sur la bonne volonté des entreprises. de quoi nourrir de sérieux doutes à ce sujet.
Payer, enfin, monétiser les rtt, c'est aussi la fin des heures sup majorées, ce qui contrefit un peu la campagne de Naboléon