Les mesures Sarkozy/Fillon sur le pouvoir d'achat

Publié le par Rébus

Le climat semble s'être apaisé dans notre douce France.

Il n'y a  plus d'affrontements à Villiers le Bel, les grèves  diverses s'estompent peu à peu des mémoires. La preuve, Julliard quitte l'Unef,l'esprit serein, et les étudiants reprennent le chemin de la fac. Ça semble déjà moins vrai du côté des lycées mais, en gros, la réforme Pécresse, il faut bien citer son nom de temps en temps, est en train de passer.

Sarkozy est en Algérie où il signe des contrats, débitant quelques platitudes sur la colonisation. Hortefeux continue tranquillement de bouter "l'estranger" hors de France et les médias trouvent même le temps de reparler de Fillon.

Non, il ne se passe rien. La preuve, Ségolène Royal sort un livre et Bayrou lance son parti. On décore les magasins et les rues,  des pubs neigeuses envahissent nos écrans, en bref, on attend Noël tranquillement.

On peut même trouver des sondages pour dire que les français approuvent les mesurettes annoncées par le duo de choc Sarko/Fillon, sondages qui vous seront claironnés par les divers Pernault d'Arvor , l'oreillette frémissante devant ces bonnes nouvelles.

Sauf qu'il y a encore des grèves, et qu'elles sont étroitement liées à ces problêmes de pouvoir d'achat.

On en parle peu car elles ont le bon goût de ne pas "prendre les gens en otage", selon la formule consacrée. Elles ne font donc pas la une et ne s'attirent pas les foudres de nos éditorialistes de choc, ni celles de nos lecteurs de prompteurs. Et puis bon, on ne va quand même pas le médiatiser, elles ont l'inconvénient de contredire les sondages pré-cités.

Ces grèves se déroulent au "pays ou la vie est moins chère". Conforama, fermé avant les fêtes, cette période de surconsommation, ça fait désordre. C'est certainement l'oeuvre de féroces communistes décidés à nous gâcher ce beau moment chrétien.

Même pas, juste des salariés lambda, souhaitant une augmentation de 120 euros et dont les problêmes se télescopent avec les grandes idées annoncées pour relancer le pouvoir d'achat.

Les RTT à racheter ? Les heures supplémentaires  ? Ce serait déjà un progrès que les heures réellement effectuées soient payées. Le rachat RTT là ou il est possible donnerait, quoi, 100 à 200 euros en plus sur l'année (et imposable).

Ça coince ausi sur le travail le dimanche, déjà effectif la plupart du temps mais très rarement sur la base du volontariat, comme on veut nous le faire croire. Non, simplement, c'est très difficile de refuser, surtout que cela entraîne directement une baisse du salaire. Alors les propositions gouvernementales laissent les employés de Confo plus que sceptiques. De même que l'antienne de négocier tous ces "progrès" directement avec le patronnat. La direction de Conforama refuse en effet, depuis le début, de se montrer et de négocier, proposant royalement une augmentation de 50 euros.

Alors, côté salarié, on doute de la bonne volonté du Medef. Madama Parisot obtiendra (obtient déjà) le détricotage du Code du Travail mais ne donnera rien en échange. Ça, tout le monde le sent, sauf nos gourous officiels.

Mais bon, voilà une grève qui ne risque pas de "paralyser le pays", alors, on l'évoque peu.
Elle est pourtant très représentative des rapports de force en oeuvre dans le pays.

Conditions dégradées, salaires faibles et pressions accrues d'un côté, mépris et déni de réalité de l'autre.

La vie en Sarkozie, c'est ça.  Allez quoi, attendons Noël dans la joie et la bonne humeur.



Commenter cet article

stormbreaker 12/12/2007 23:08

Lire les conneries de nico et ses comparses version maeva et les autres, ça détend tellement c'est grotesque

Rébus 10/12/2007 20:02

Tiens, j'avais pâs vu celui là nico. Pas grave, c'est juste une variante de tes posts habituels

tonton nico 08/12/2007 23:41

arreter de vous pleindre et bosser, c'est tout, vous avez perdu et c'est come ça que ça marche maintenant

greg 06/12/2007 00:36

Racheter les heures à l\'hopital alors que des milliers d\'heures n\'ont pas été prises et prétendre pouvoir les payer après avoir clamé partout que l\'hopital public était ruiné, dur de faire plus démago

SEGIO 06/12/2007 00:00

Franchement Nico, tu deviens prévisible dans tes commentaires