Procès Colonna : peine de sureté de 22 ans requise

Publié le par Rébus

Le procès d'Yvan Colonna  touche à sa fin et, au vu de ce qui en a filtré, difficile d'avoir la moindre certitude, que ce soit dans le sens de la culpabilité ou de l'innocence du berger corse.

Tout le monde ne partage pas  les doutes exprimés pendant les débats. L'accusation, par la voix de l'Avocat Général Yves Jannier, a requis le maximum possible, une peine de sûreté de 22 ans pour Colonna.

Pendant un réquisitoire long de 2 heures, c'est le portrait d'un nationaliste pur et dur qui a été dressé.
L'avocat général ne se base donc que sur le dossier , entièrement à charge, et ses propres convictions avouant lui même que "la seule hypothèse raisonnable est celle de la culpabilité de Colonna".

Ainsi, d'un effet de manche, on balaye tous les doutes , on écarte les faits  qui pourraient amener à douter de la culpabilité réelle de Colonna. Il est donc jugé, non pas sur des faits établis, mais sur des opinions. Il est, ou a été, comme il le dit lui même, indépendantiste, cela suffit donc pour faire de lui l'un des assassins du Préfet Erignac.

Que la présence de Colonna sur les lieux n'ait jamais été réellement établie, que la ballistique juge impensable que Colonna soit le tireur ayant donné le coup de grâce, trop petit pour l'angle de tir, non, tout cela ne compte pas.

Yvan Colonna a été déclaré coupable, il y a déjà longtemps, notamment par un certain Nicolas Sarkozy, désormais plus haut personnage de l'Etat. Alors, oui, lors de l'enquête, des témoignages ont incriminés Colonna, mais, depuis, la plupart de ces témoignages ont été révisés. Peu importe, on n'en tient pas compte. Colonna avait pris le maquis, c'est donc qu'il était coupable, forcément coupable. En caricaturant, voilà à quoi se réduit la position de l'accusation.

Dès lors, la défense a beau jeu d'évoquer une nouvelle affaire Dreyfus, ou tout élément à décharge aurait été mis hors jeu. Et effectivement, si l'innocence de Colonna n'est pas forcément une évidence, le doute devrait cependant lui bénéficier.

Mais, on est là dans une affaire particulière, un procès politique, qui se tient devant une juridiction d'exception. On peut supposer qu'un jury populaire aurait été plus dubitatif, au vu des différentes thèses évoquées, mais là, on a un jury composé de professionnels, peu enclin au doute, semble-t-il.

Ce procès n'a servi qu'à valider totalement l'enquête de Roger Marion. Si la défense ne sert plus à rien, si seules sont retenues les thèses de l'accusation, le concept de justice prend une bonne claque.

Je ne sais pas si Yvan Colonna est innocent ou s'il a bien participé à l'assassinat de Claude Erignac, mais condamner à 22 ans quelqu'un dont on n'a pas vraiment réussi à prouver la culpabilité, c'est "légèrement" excessif.

L'assassinat d'un Préfet est une attaque contre la République, c'est entendu, mais avoir des convictions nationalistes ne fait pas de Colonna, automatiquement, un assassin.  L'État, en condamnant malgré l'absence de preuves formelles, ne se grandit pas. Il ne rend pas la justice, il fait un exemple.

Paradoxalement, cette démonstration de force sonne comme un aveu de faiblesse de notre système judiciaire (si ce n'est de l'Etat) incapable d'instruire autrement qu'à charge, quitte à risquer les erreurs judiciaires (affaire d'Outreau, affaire Dills).


Commenter cet article

Rébus 14/12/2007 13:11

En taule les assassins , commençons déja par prouver leur culpabilité

laglandouille 14/12/2007 12:54

EXCLUSIF !!!
Sarkozy, accord secret avec Khadafi :
http://laglandouille.over-blog.com/article-14379353.html

sev 14/12/2007 12:51

En taule les assassins

Tipo 14/12/2007 00:53

La cour d'assises spéciale de Paris a condamné jeudi soir Yvan Colonna à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir abattu le préfet de Corse, Claude Erignac, en février 1998. Yvan colonna a écouté ce verdict debout les bras croisés.

Saloperie de justice de merde qui condamne SANS PREUVES !!!!!!!
REVOLUTION !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

stormbreaker 13/12/2007 22:06

Colonna a pris 22 ans, la peine de sureté n'est plus là par contre. Condamné alors que rien n'est prouvé