Caissières en grève, une première

Publié le par Rébus


  La rupture est en marche, on vient d'en avoir une nouvelle preuve. Le candidat du pouvoir d'achat voit les grèves se multiplier, à une vitesse proportionnelle à sa chute dans les sondages. En 2 jours,2 grèves successives, symboliques en plus. D'une part, celle des chaufeurs de taxi, électorat généralemnt classé à droite et, aujourd'hui, encore mieux, une première...

 Et quelle première ! Une grève au sein du secteur chouchou des pouvoirs publics, gauche et droite confondues. Gavé de lois spéciales, de réaménagement de cadastres à la carte, d'implantations sauvages sur lesquelles on détourne le regard, d'entorses en tout genre au Code du travail, le monde de la grande distribution n'est guère coutumier des mouvements sociaux.

  Il est très dur de s'y syndiquer et les éventuels fauteurs de troubles sont très vite repérés et dirigés vers la porte. L'implantation des syndicats étant quasiment nulle, les hyper et supermarchés sont un des derniers bastions de l'exploitation généralisée à notre époque. Le paternalisme et le flicage y règnent en maître ainsi que des conditions de travail usantes et aliénantes au possible, mais, on ferme les yeux. Hey, on ne touche pas impunément au secteur qui crée le plus d'emplois en France.

  Mieux, les députés se battent presque entre eux pour faire bénéficier de nouvelles largesses les Leclerc, Auchan, Carrefour et autres Casino. Lois sur les marges arrières, extraits bienveillants de la commission Attali sur l'implantation de grandes surfaces qu'il faudrait encore faciliter, octroi à la demande de dérogations pour le travail le dimanche et les jours fériés ; tout est vraiment fait pour contenter ce secteur.

  On permet même à ces spécialistes es exploitation de se poser en défenseur du peuple et du pouvoir d'achat (tiens, ça me rappelle quelque chose), et de se prendre pour des Robins des Bois du commerce. Le hasard faisant bien les choses, Michel Edouard Leclerc, big boss des magasins du même nom, essayait aujourd'hui de lancer une de ses campagnes de com dont il a le secret.

  Notre Zorro de la distrib vient de faire déréférencer certaines marques connues pour cause de, selon lui, hausse des prix trop fortes. Et le voilà claironnant sa croisade dans tous les journaux de France et de Navarre. Bien vu, mais un peu éclipsé par le mouvement de grève et son ampleur qui a quelque peu surpris les observateurs.

  Que la grande distrib se préoccupe du pouvoir d'achat de ses employés et de leurs conditions de travail et, alors, on sera peut être plus enclin à écouter leur boniment. En attendant, comme souvent en France, la seule négociation possible passe par l'épreuve de force. Les demandes de hausse des salaires n'ont pas été entendues et les propositions faites ont été jugées insuffisantes, amenant un personnel habituellement docile à exprimer son mécontentement. Cette mobilisation surprise permettra, espérons le , aux salariés de ce secteur d'obtenir gain de cause.

  Rappellons qu'ils ne demandent guère que 8 % de hausses des salaires et ce, dans un milieu où les profits sont colossaux.

  Il semble bien qu'il y ait un léger vent révolte envers la politique menée dans ce pays ces temps ci, non ?

Commenter cet article

sand3271 04/03/2008 17:44

http://sand3271.centerblog.net/ je suis ravie de votre blog tres cher je me bat moi aussi pour cet esclavage moderne dont sont victimes les employes de grande surface,voici donc mon blog.

falbala 06/02/2008 23:45

On n'en parle plus mais il faudra suivre les répercussions de cette grève.

mrfixit 05/02/2008 23:52

Cette grève ne date que de 4 jours et plus personne n'en parle alors que c'était un évènement. Je crois qu'il va falloir recommencer et que d'autres catégories du privé s'y mettent ainsi que les fonctionnaires. Arretons de jouer le jeu de pouvoir et exprimons nous, pas seulement par le vote, ça, ils s'en foutent. Bottons les fesses de l'UMP aux municipales et après agissons pour se faire entendre

doolittle 03/02/2008 22:50

L'avantage du mariage de sarko, c'est que ça a occulté tout le reste mais ça n'enraye pas sa chute, mauvais calcul, se pourrait même que cela aggrave le sentiment de "rupture"

daria 02/02/2008 22:35

Reste à savoir si ce mouvement aura des suites pour les grèvistes, certains ont même été menacés