Statut du foetus, nouvelle polémique

Publié le par Rébus


  La Cour de Cassation vient de prendre une décision qui ravit les cathos intégristes et autres anti avortement de tout poil. En fait, cette décision est intervenue le mercredi 6 février 2008  sous la forme de 3 arrêts de la Cour de Cassation annulant une décision précédente de la Cour d'Appel de Nîmes.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/02/07/la-cour-de-cassation-elargit-la-notion-d-enfant-sans-vie_1008547_3224.html#ens_id=1008346

  Que contiennent ces arrêts, ou plus exactement, quelle est leur portée  ? Ils permettent de donner un statut  à tout foetus, né sans vie, et ce quel que soit le stade de son développement. Sentant la polémique à venir,la Cour s'est contentée de botter en touche, justifiant sa décision sur le fonds juridique et feignant de ne pas se rendre compte qu'une telle décision était pain bénit pour les bigots et grenouilles de bénitiers. Toutes ces belles âmes se déclarant "pro-vie" alors qu'ils sont juste des fanatiques illuminés rêvant de retourner à la si belle époque ou les femmes n'étaient rien d'autre que des matrices.

  Une petite lâcheté (plutot une grande mais on va la jouer soft) de la part des juges mais révèlatrice d'un climat ambiant. Dopés par les prises de positions ultra réacs de Benoit XVI, plus connu sous son surnom de Panzer Pape et encouragés par les propos anti laîcité régulièrement tenus par Nicolas Sarkozy, les troupes de Xavier Dor et toute l'amicale de Saint Nicolas du Chardonnay ont bien saisi la portée de cette décision et voient, eux, bel et bien dans cette arrêt une possible remise en cause de l'avortement.

  Bon, alors évidemment, je dois faire un crise de parano typique chez les gauchistes laîcards, espèce toujours tentée de voir la main de l'église dans la culotte de la République. En attendant, les "pro-vie" ne s'y sont pas trompé et s'agitent fortment sur les forums. Cette décision hypocrite,  malgré les dénégations de certains tels Jean François Mattéi peut bel et bien remettre en cause le droit à l'avortement.

  On donne un statut au foetus, il n'y a plus qu'un pas à franchir pour le considérer comme une personne à part entière et, dès lors, l'avortement pourrait être criminalisé. La portée politique de ce choix est évidente et ne pouvoir s'en rendre compte, naîveté ou bêtise  ? Ou tout bonnement hypocrisie (oui des fois je me répète), je rappelerais juste que Mattéi, puisque je parlais de lui tout à l'heure, est certes un généticien réputé mais également un catholique très pratiquant.  Alors oui, les convictions personnelles sont un droit mais là, elles influent quelque peu sur le jugement alors, voir qu'à droite, le nouveau président de la Croix Rouge soit un des seuls à s'être exprimé me laisse perplexe. Ce serait bien d'avoir d'autres avis, Sainte Christine Boutin,par exemple, ça apporterait un éclairage  intéressant, ou Simone Weil ; après tout, c'est son "bébé" qui est en danger. Et ça rachèterait peut être ses dernières interventions publiques.

  Bon,je dis à droite mais c'est uniquement parce que, comme sur la laïcité, je n'attends pas grand chose de la gauche, celle ci étant plus occupée à préparer les municipales et à s'entre déchirer qu'à s'intéresser à ce qui se passe réellement dans ce pays.

  Autrement, pour les ravis de la crèche qui croient vraiment que, non, les religions ne nous menacent pas, l'archevêque de Canterbury, big boss de l'Eglise Anglicane vient d'exprimer la sympathie qu'il porte à la Charia. Bon, pas dans le sens appel au voile ou à la lapidation, non, dans le sens loi religieuse, pouvant se substituer au droit coutumier ou au moins y suppléer. À  rapprocher de la tentative de l'État d'Ontario, au Canada, d'introduire des tribunaux  islamiques. On voit clairement que le religieux essaie de se réinfiltrer dans le domaine publique, et ce, pour toutes les religions. Ne nous y trompons pas, pour le cas de l'Archevêque de Canterbury, il ne s'agit pas d'oecuménisme, simplement, il voit son intéret , en tant que chef religieux, à affirmer la primauté des "textes sacrés" sur la loi.

  Un peu la même démarche qu'un Sarkozy qui déclare le "sacrifice" du prêtre supérieur à la mission de l'instituteur. C'est juste une tendance lourde de toute la société (quel prophête, ce Malraux quand on y pense)

Commenter cet article

charles robin 28/04/2008 15:46

Est-ce si dévalorisant et réducteur de porter la vie (être des "matrices" comme vous l'expliquez) qu'il faille à ce point s'enorgueillir de la condition actuelle de la femme en France réduite (le terme se justifie ici) au rôle d'objet du désir sexuel ,notamment depuis la diffusion des moyens contraceptifs (l'homme pouvant jouir des femmes sans risque de leur faire un enfant)et de salariée exploitée contrainte au travail pour pouvoir vivre correctement, et que la société de consommation incite à dépenser ses revenus dans les accessoires de mode et autres soins cosmétiques (retour à la femme-objet) ? A vous de me dire ce que vous en pensez...

kiumy 23/04/2008 17:43

bonjour, je sais que l'on se connait pas mais en tombant par hasard sur ton site j'ai eu envi de réagir à tes propos. depuis toujours on borne le statut du foetus à une personne ou à une chose. il est vrai que si l'on considére le foetus comme une personne alors on peut dire adieu a l'avortement et ça ce n'est pas souhaitable! mais si l'on considére le foetus comme une chose, ce qu'il a été depuis toujours jusqu'a cet arrét, il y a de grave conséquent. en effet, le foetus ne devient rien d'autre qu'un déchet opératoire, et sache aussi que ces foetus mort sont utilisés pour la fabrication du maquillage. il semble donc normal de proteger le foetus ainsi que sa famille pour ne pas avoir la douleur de se dire qu'aux yeux de tous ce petit être na jamais existé alors que son coeur batté! enfin je dirait que la portée de cet arrét n'est pas de donner au foetus le statut de personne, mais plutot de chercher à créer un nouveau statut celui tout simplement de foetus! si le foetus ne peut étre traité comme une chose, il est inconvenable de l'ériger au rang de personne, néanmoin il est en vie et la vie ne se décréte pas, elle s'impose. c'est pourquoi avec cet arrét les juges poussent les législateurs à metre en place un statut spécifique, celui de foetus.

ngel 20/02/2008 13:14

ce n est pas pour juger qui que se soit mais je trouve que permettre de reconnaitre sont enfant meme dcd a 16 sa c important pour aider les parent a faire le deuil pour pouvoir egalement donner un prenom a ce pêtit etre que l on a tps attendu et qui faisait dja parti de la famille ! il n est pas question de remettre en cause le droit a l avortement mais de permettre a la famille qui a perdu un enfant entre 16 et 22 sa de le reconnaitre en tant qu bb

raja 09/02/2008 18:35

merci mon Rébus d'amour pour cette article mais hélas la condition des femmes n'intéresse guère les gens, que l'on veuille renvoyer les femmes à une période plus que révolue ne gène personne on dirait... avortement, immigration, peine de mort... pas grave que sarkozy démolisse le moindre de nos acquis, occupons nous du cul de carla

renato 09/02/2008 15:16

Merci chouka espèce de vieux corbeau !
Je viens tout juste de mettre en ligne ma dernière création,illustration de ton article Rébus...
Et que viva Sarkobasta!