Dati fait publier une liste de 32 criminels sexuels

Publié le par Rébus



 J'avais prévu de parler d'autres sujets mais avec ce gouvernement, il y a toujours une nouvelle connerie à commenter. Encore que connerie puisse être gentil, il ya les déclarations journalières plus ou moins ridicules qui prêtent à rire tellement leurs auteurs sont nuls ou les idées évoquées stupides et il y a des ignominies, telles que celle citée dans le titre.

 Ignominie, le terme n'est pas trop fort. Les décomplexés au pouvoir, par l'intermédiaire de Rachida Dati "Nicolas  m'a dit", viennent  de franchir un nouveau palier dans la démagogie, le populisme et la saloperie la plus crasse.

  Le Ministère de la Justice vient de publier une liste de 32 criminels sexuels, liste sortie juste à temps pour faire pression au moment ou l'on va adopter cette autre immondice qu'est la loi sur la détention de sûreté. Difficile de croire que le ministère puisse agir ainsi sans l'aval de la Garde des Sceaux. On jette ainsi en pâture à l'opinion toute une liste de noms, pratique commune aux États Unis, entre autres, mais qui était jusque là inédite en France.

 C'est encore une fois fait pour cliver, d'un côté la Droite Dure, celle qui fait des clins d'oeil aux fans de Le Pen et s'apprêterait à faire entrer le fou du Puy, Philippe de Villiers au gouvernement, mais motus ; de l'autre, leurs opposants, forcément laxistes et limites partisans si ce n'est responsable de la récidive. Que cette liste ne concerne que des délinquants sexuels n'est pas un hasard, le but, émouvoir dans les chaumières, obtenir une adhésion populaire en gavant l'opinion de pathos et de compassion? Quoi de plus dégueulasse qu'un viol, si ce n'est le viol d'un enfant. Parce que c'est ça que les gens entendent en filigrane. Le délinquant sexuel se traduit, dans l'inconscient collectif, depuis l'affaire Dutroux, par la pédophilie. On joue donc sur l'émotionnel pour obtenir un soutien à ce genre de mesures.

 Qu'importe si le taux de récidive des criminels sexuels n'est que de 5 %, bien inférieur aux autres taux recensés de récidive, qu'importe si c'est jeter aux orties toute possibilité de réinsertion, et qu'importe également si cela s'apparente à un appel au lynchâge. On doit frapper l'opinion. Taper fort, un grand coup et attirer les voix des plus extrêmistes voire ratisser d'autres pans de la population en ne jouant, comme toujours, que sur les peurs.

  Mais, c'est logique quand on sait que le dernier dirigeant européen a avoir prôné des mesures semblables à celles de la détention de sûreté était un certain Adolph Hitler.  Des journalistes s'étant fort à propos documentés là dessus après des explications malheureuses (et le mot est doux) de Rachida Dati. Comparer le régime actuel au pétainisme peut couter cher, ok, il n'empêche que certaines mesures sont d'inspirations historiquement, euh, malencontreuses, pour euphêmiser...

  Allez, au rythme où les UMPistes sont partis, on ne tardera pas à reparler de la peine de mort. Chirac n'a fait inscrire son abolition dans la Constitution pour rien, il connaissait les courants qui traversaient la droite et la façon de penser et d'agir de son successeur, capable de toutes les démagogies et les dérives  possibles.

  Pendant ce temps, on s'apprête tranquillement à légitimer les sectes, suite aux déclarations de la catho ultra libérale Emmanuelle Mignon, qui n'a pas dit, mais si quand même, que les sectes ne devaient pas être vues comme autre chose que des religions non sécularisées. Avant d'ajouter pour se dédouaner qu'il fallait quand même faire attention à la dangerosité de certaines.  La Scientologie, au hasard, ne lui pose par exemple, aucun problême.

  Elle en pose pourtant au député Jacques Myard, pourtant UMP et souverainiste, pas franchement un gaucho utopiste-droit de l'hommiste, rapporteur du précédent rapport pour les sectes , qui appelle donc à la création d'une nouvelle commission.

  Sarkozy, là dedans ? Jugeant que cette affaire sent un peu le brûlé mais étant par ailleurs pour la reconnaissance de ces diverses sectes, botte courageusement en touche, déclarant que ce n'est pas à lui de dire si la Scientologie est une secte .

  Wah, on tient un nouveau Ponce Pilate, là !!! On ne peut pourtant pas dire que, jusqu'à maintenant, il se soit montré avare de jugements à l'emporte pièces ou de déclarations irréfléchies.

Commenter cet article

Most 22/02/2008 16:47

Peu de temps en ce moment, à peine assez pour rédiger des news sur le blog mais je vais essayer de rediger un petit commentaire rien que pour toi Rébus.

C'est vrai qu'entre les sectes et les lois vichy, euh... Dati, pardon, je ne sais pas trop ou nous allons mais apparement la ligne est bien délimitée. Une copie parfaite d'une politique américaine à l'agonie. Tant qu'il y'a du pognon apparement notre gouvernement n'est pas trop regardant.

slowmotion 21/02/2008 23:55

Avalisé, et j'ai presque envie de dire avalé par le CC. J''ai honte de ce pays et de cette pseudo démocratie, pour Hitler, j'ai lu ça hier aussi mais, faut pas le dire

dominique 21/02/2008 21:45

la rétention est passée, le conseil constitutionnel s'est pas trop mouillé....sur la question de la peine ou pas...légale ou pas..

Didier B 21/02/2008 18:56

La liste des criminels, c'était pour "influencer" les membres du Conseil Constitutionnel...Enfin, le ministère de la Justice a démenti, comme Mignon.

Quant au Président, il a été égal à lui même. Il n'a pas viré Mignon, ne l'a pas démentie et a juste tenté de calmer le jeu.

C'est loin d'être fini, a mon avis. Dire qu'on doit punir les sectes, ce n'est pas dire que toutes les "églises" sont des sectes; ça laisse la porte ouverte...

olive 21/02/2008 17:31

le gouvernement sait plus quoi faire pour remonter dans les sondages pour les élections, dans cette liste on reconnait bien la volonté du Sarko amerloc.
la scientologie, ça me fait penser à une visite de Tom Cruise au ministére des finances à l'époque ou Sarko y était ministre, lui aurait il pas fait faire une adhésion à cette secte de la scientologie ?