Rétention de sûreté : Sarkozy tente le passage en force

Publié le par Rébus


  Joli tollé autour de la grande trouvaille sarkozyenne du moment. La loi sur la rétention de sureté s'étant fait, oh très légèrement, retoquée par le Conseil Constitutionnel, Sarkozy décide de mettre la pression.

  Se faisant, il franchit un nouveau cap dans sa volonté apparente de s'accaparer tous les pouvoirs. Le nouveau monarque a décidé, sa volonté doit faire loi et ce n'est pas ce truc appelé Constitution qui va arrêter le génie des Carpettes.

  Bien évidemment, tollé général, entraînant par exemple cette réaction de Robert Badinter "Nous sommes dans une période sombre pour notre justice". Bon, ok, pour les droitistes, Robert Badinter est une figure de la gauche, c'est surtout une grande figure du système judiciaire français, l'adversaire résolu de la peine de mort et celui qui finit par l'abolir. Il intervient dans ce débat non seulement en tant que figure symbolique mais aussi en tant qu'ancien Président du Conseil Constitutionnel. Alors, c'est certes l'avis d'un opposant mais c'est surtout celui esprit éclairé et avisé en la matière.

  Paradoxal d'avoir vu notre bien aimé résident de l'Élysée se draper hier des oripeaux sérieusement abîmés du gaullisme et s'asseoir allègrement (avec toute la délicatesse d'un Allègre donc !) sur la Constitution de Mon Général et de papa Debré.

  Sarkozy montre à nouveau son mépris des institutions de la République, appuyé en ce sens par sa Ministre de la Justice, Rachida Dati, ravie de montrer ainsi à nouveau sa totale ignorance des règles régissant le système judiciaire ainsi que son suivisme aveugle vis à vis du Conducator. Le résident de la République sort totalement de son rôle en demandant au Premier Président de la Cour de Cassation  de mettre en oueuvre des moyens lui permettant de contourner la décision du Conseil Constitutionnel.

  Quand le président en exercice décide de passer outre la Constitution, se pose réellement la question d'une dérive monarchique du pouvoir; justifiant à posteriori la pétition lancée par Marianne et Jean François Kahn, signée par Bayrou, De Villepin et Royal. Initiative fort critiquée par les UMPistes, y voyant des dérives staliniennes voire fascisantes  ou qualifiant cela élégamment de revanche des loosers. Comme si l'avenir du pays et de ses institutions se résumait à un vulgaire match de foot.

  C'est gentil, messieurs les décomplexés, le coup des insultes et du mépris mais vous éludez la question. Dérive monarchique, fait du Roi, oui ou non ? Heureusement, votre chef apporte son éclairage au débat par cette polémique. Oui, il y a dérive. Oui, cette dérive est dangereuse pour la démocratie.

  Sarkozy joue sa partition habituelle dans cette affaire en déplaçant le débat sur le plan de l'émotionnel quand il déclare se placer du côté des vivtimes et ne pas vouloir de "monstres" en liberté dans nos rues. ceci balancé avec son aplomb habituel ne peut guère que lui valoir l'approbation d'un public à qui on taira forcément les autres implications de cette loi.

  On parle certes de gens condamnés mais on les réenfermeraient,une fois leur peine purgée, appliquant un principe de "précaution" revenant à faire fi de la présomption d'innocence et à condamner d'avance sur ce qui n'est qu'une intention supposée ou une dangerosité "évaluée". La technologie en moins, on est plein Minority Report , un film dont la vedette est l'ami scientologue (Tom Cruise) de notre président. L'enfermement pour crimes virtuels, il fallait y penser et surtout l'oser, même si là , on objectera toujours qu'ils surviennent après des crimes avérés ayant entraîné condamnation. Ok, mais une fois la peine purgée, en théorie, l'ardoise est effacée, et bien c'est la fin de ceci.

  Sarkozy joue dans l'émotionnel et s'attend au soutien de l'opinion publique sur ce cas. Ça permettra peut être de faire remonter la côte de l'UMP avant les municipales. Ce bras de fer avec la Constitution et la Justice n'est pas un hasard. Sarko réenfile son costume de pseudo Zorro, mais vrai démago, dégageant toute réflection toujours plus loin sous le tapis, et se gardant bien d'aborder, par exemple, le problême du traitement et du suivi psychiatrique, inexistant en prison et tout aussi fantômatique après la libération. De même, on ne dit pas que le taux de récidive n'est que de  5%. Ce chiffre est évidememnt insupportable en pensant aux éventuelles futures victimes, mais le taux 0 n'existe pas, ou alors, il faut aller au bout de la démarche et rétablir la peine de mort. Les morts, eux, ne peuvent plus nuire. Mais bon, la droite a assez d'idées nauséabondes dans ses cartons sans qu'on leur en donne de supplémentaires.

Commenter cet article

Rébus 26/02/2008 00:31

T'as vu jouer ça ou, Paradox, la défense des pédophiles et violeurs. Faut arrêter les délires à la Morano, là. Quand une peine est purgée, elle est purgée. Quand à ton souhait, t'es gentil , tu te la gardes et ton doux humanisme avec. Toujours sympa de discuter avec des types comme toi. Vous êtes pile poil la cible gogo visée par sarko et ses boys, quand le sage (?) montre la lune, l'idiot regarde le doigt, à bon entendeur...Allez, va regarder TF1

paradox 25/02/2008 22:15

je me moque de sarkozy neamoins je n'aime pas les gens qui défendent les pédophiles et les violeurs, et j'espère que ceux qui les défendent comme vous seront victimes de ces barbares.

doolittle 24/02/2008 23:03

Et on glisse tranquillement vers un pouvoir à la Poutine. pas grave, ça doit être norrmal quand on voit l'accueil qu' a eu Jean Francois Kan à Canal. Il avait pourtant raison, il n'y a plus de démocratie quand un type décide tout tout seul. et en plus, oui, il est fou

olive 24/02/2008 10:52

ouais c'est clair, Maître Sarko de tout façon imposera en force ses désirs, même si rejeté par les autres instituions, c'est la nouvelle démocratie Sarko.

racaille-du-69 23/02/2008 21:06

Deuxième commentaire, je suis bavard mais ainsi je n'aborderai pas le sujet dans lmon blog pour le moment. Pour la mesure de détention administrative, l'UMp avoue s'appuyer sur une mesure promulguée par Hitler, ni plus ni moins. Source : France 2 : http://info.france2.fr/france/39983850-fr.php