Les bons conseils du Professeur Raffarin

Publié le par Rébus


  Rien que le titre, j'ai eu du mal à l'écrire, enfin, bon, à le taper. Jean Pierre Raffarien, le Phénix du Haut Poitou, le Bossu du Sénat, l'inventeur de la maxime idiote et sententieuse (prononcez raffarinade), le cador de "l'intelligence de la main", "la France d'en bas", sans oublier ma préférée "to win, the yes needs the no". Peut on vraiment attendre une parole éclairée, non, vaguement intéressante de cet ex Premier Ministre du gouvernement le plus réac de la  France de l'avant - rupture ?

  Plutôt improbale au départ, le Jean-Pierre qui trouve  l'actuel gouvernement trop à droite, n'a guère laissé l'image d'un gauchiste.  La trouvaille des  35 H comme source de tous les maux de notre douce France, c'est El Gringo, l'invention d'un RMA, précurseur es précarité du RSA de Hirsch, c'est encore le baudet du Poitou. En fait, Raffarin, sous des dehors bonnasses, a profité de l'insignifiance politique dans laquelle tout le monde le tenait pour  mener une politique ultra-réac et, en ce sens, paver le chemin à sarkozy et ses troupes.

  L'autoritarisme, le tropisme ultra droitier ont toujours été perçus chez Sarkozy. En un sens, les mesures ultra favorables à la France d'en haut ne surprennent personne venant de lui, ou de ses affidés, les Fillon ou les empressés façon Bertrand, jamais en retard d'un fayotage et qui nous ont montré hier soir l'étendue de leur aigreur et de leur mépris. Mais soyons juste, rendons à Raffarin ce qui est à Jean Pierre, la politique la plus à droite ces 20 dernières années, la plus réac et exercée sur la durée de gouvernance la plus longue, ce sont les gouvernements raffarinesques qui l'ont conduite.

  Pour ça qu'il est savoureux de l'entendre aujourd'hui dire que le gouvernement est trop à droite. Bah, créditons le d'une lucidité qui fait défaut à la plupart des UMPistes aujourd'hui, particulièrement à ceux du gouvernement..

  Ce qui n'est guère compliqué car on parle quand même de gens qui depuis hier soir nous expliquent sans sourciller que le vote à gauche ,majoritaire hier, est la traduction d'un désir de politique ultra à droite. Fallait oser, Audiard avait une phrase à ce sujet décrivant assez bien ce mode de fonctionnement. Je ne l'écris pas, je ne veux pas énerver Jégo ou ses potes, ils sont à cran depuis hier, donc prudence...

  Sarkozy, de son côté, commence à prétendre qu'il  prendra compte des résultats du scrutin. Disant cela , il cacophonne quelque peu avec ses spadassins des plateaux d'hier soir. Le spectacle à droite va être sympa. Les couteaux s'aiguisent. Raffarin raffarine, Juppé observe, l'oeil humide, Fillon réajuste à sa mèche et les suiveurs s'apprêtent à suivre... Les cris de "Sarkozy for ever " d'hier paraissent loin. Le petit monarque est affaibli, les égos vont se réveiller à droite. Ceci dit que les décomplexés se lancent dans des manoeuvres fratricides dignes du PS ne me dérange pas. Non, pas du même. Je suis nettement plus inquiet à l'idée de ce plan de rigueur qui n'existe pas et qui donc ne s'appliquera pas mais qui conseille à être détaillé, notamment par Médiapart.

  Je ne pense pas que le moment soit vraiment bien choisi pour des joyeusetés comme l'annulation de l'ISF, les 41 annuités de cotisation pour partir en retraite, ou la TVA sociale. Mais bon, je ne suis pas au gouvernement. Ceci dit, pour une commémoration in situ de Mai 68, c'est pas une mauvaise idée, ce jusqu'au boutisme des décomplexés.

  Bien pour ça que le Jean Pierre, fine mouche, fait des clins d'oeil appuyés au Modem et à Bayrou, essayant de recentrer un peu cette droite UMP à la dérive et de récupérer des voix parties au Modem ou à gauche (plus rare quand même). mais, Jean Pierre ne remet en cause que la partie visible, la politique pratiquée a toujours son soutien.

  Bah, ce genre de manoeuvre permet à Bayrou et à son parti de croire qu'ils existent toujours. Le maintien des listes Modem a permis hier à l'UMP de ravir quelques villes qui auraient dû lui échapper. Bien que le vote centriste se soit majoritairement évaporé au soir du second tour, il peut réprésenter, occasionnellement, une force supplétive.

  Ce qui peut l'amener à être très courtisé. Comme en Côte d'Or où Gauche et Droite disposent toutes deux de 24 sièges , le siège déterminant pour la future couleur politique du Conseil Général ayant été emporté par un Modem. Doit être la danse du ventre généralisée. Rebsamen dit avoir l'assurance que, pour la première fois  depuis 24 ans,  la droitre perdra la présidence de ce même Conseil. Hum, on verra, le centre a toujours eu une nette tendance à pencher à droite pour peu qu'on le pousse

Commenter cet article

surferrossa 20/03/2008 23:02

Raffarin en disant ça se rappelle au bon souvenir de Sarko. Il veut son appui pour présider le Sénat , sur lequel gaudin a des vues lui aussi

Rébus 20/03/2008 22:35

Et d'ailleurs c'est avéré le néo conseiller Modem en Côte d'Or, par ailleurs affilié FNSEA est tombé à droite, logique chez les agriculteurs c'est généralment (enfin côté FNSEA) tout sauf la gauche. D'ailleurs, c'est Sauvadet, le prsident du conseil maintenant, Modem, nouveau centre toujours les alliés de la droite en général

gérard 17/03/2008 22:33

Jolie prose, j'adore. Pour le reste excellente analyse dont le Raf devrait s'inspirer pour méditation.
Encore bravo pour cette analyse.

Resistance2012 17/03/2008 21:14

Bayrou va se venger d'avoir perdu Pau... le nabot lui avait signifié sa perte...

racaille-du-69 17/03/2008 17:13

T'as Morano aussi qui n'est pas mal : elle a reconnu qu'il fallait s'occuper du pouvoir d'achat ! Encore un peu de courage, Messieurs et Dames de l'UMP, à 20 secondes de lucidité chacun, vous allez pouvoir y arriver ! ;)
Il y a quelque chose qui me fait mal au bide, c'est la réélection du maire de Corbeil (mouarf, rien que le nom) : forcément, faut être riche là-bas pour être élu, vu le nombre de biftons qui circulent.
Avec le maire de Marseille, ils vont pouvoir créer une commission "rajeunissement des cadres"...