Devedjian v/les Balkany, rififi dans les Hauts de Seine

Publié le par Rébus

On croirait presque lire le titre d'un film de gansters façon Années 50/60, mais façon parodique, à la Audiard, sauf que les dialogues volent beaucoup moins haut. La preuve, avec cette subime sailllie d'Isabelle Balkany, ci devant épouse du célèbre Patrick, maire de Levallois Perret multi mis en examen, condamné mais malgré tout réélu.

 

Alors, qu'a donc déclaré l'ex confidente de Cécilia, sans nouvelle de son ancienne meilleure amie depuis qu'elle s'envolée pour New York ou Londres ou, ben, ou elle veut en fait. Mais, je m'égare, Isabelle Balkany donc compare finement Patrick Devedjian à Mao Tsé toung. Faut dire qu'elle était furax, mama  Balkany et qu'à un moment faut pas pousser Mémé dans les orties sinon, va falloir leur montrer qui c'est Raoul.

 

 Le gentil Devedjian (sic) n'avait pourtant pas adressé à la baronne de Levallois le doux épithète dont il avait affublé Anne Marie Comparini (pour les lecteurs atteints d'alzheimer "salope") mais il a cogné là ou ça fait mal chez ces gens là. Au niveau du portefeuille et des pouvoirs attribués. Pensez donc qu'Isabelle, malgré la tension régnant actuellement entre les divers parrains du 92 avait poussé l'abnégation jusqu'a voter Pour un Devedjian président du Conseil Général des Hauts de Seine. Une tentative d'apaisement, peut être dictée depuis l'Élysée bien qu'on murmure que le Petit Chef lui même aurait une dent contre Devedjian. Gaffe Patrick, rappelle toi ce que ton ami Nicolas réservait comme sort à son adversaire UMPiste, le bellâtre De Villepin, le crochet de boucher. Il est féroce, Nico quand on lui en fait trop.

 

  Mais bon, il est comme ça, Mister Devedjian, rancunier, et donc, magré les gestes de conciliation, en pleine paix, boum, un bourre pif, enfin une attaque. Vexé  par les attaques des Bonnie and Clyde de Levallois, il exige qu'isabelle Balkany fasse son auto critique, ce que cette dernière refuse et zou, du coup, pas de vice présidence pour madame. Qui file s'épancher dans la presse et l'informe illico presto de ce trait de génie qu'elle a eu en comparant Devedjian à Mao.


 Faut bien dire que là, on atteint le point Godwin de la droite, surtout pour quelqu'un comme notre distingué ex avocat de Chirac. Ben oui, franchement, traiter de Mao Tsé Toung un ancien d'Occident, c'est certainement l'insulte suprême. Ça va pas tarder à chauffer dans le 92 et il ne serait pas surprenant qu'on arrive à en retrouver certains éparpillés aux quatre coins de Paris façon puzzle.

 

Les Hauts de Seine, c'est le coffre fort, le trésor, la réserve de la Sarkozie. Une place forte, riche en magouilles en tous genres, initiées sous Môssieur Charles et poursuivies sous le règne de Nico le Petit. Le contrôle d'un si riche centre de pouvoir et d'influence vaut bien quelques chicanes entre anciens complices.

Commenter cet article

Resistance2012 21/03/2008 19:18

D'abord il y a l'aîné
Lui qui est comme un melon
Lui qui a un gros nez
Lui qui sait plus son nom
Monsieur tellement qui boit
Ou tellement qu'il a bu
Qui fait rien de ses dix doigts
Mais lui qui n'en peut plus
Lui qui est complètement cuit
Et qui se prend pour le roi
Qui se saoule toutes les nuits
Avec du mauvais vin
Mais qu'on retrouve matin
Dans l'église qui roupille
Raide comme une saillie
Blanc comme un cierge de Pâques
Et puis qui balbutie
Et qui a l'œil qui divague
Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne pense pas Monsieur
On ne pense pas on prie

Et puis, il y a l'autre
Des carottes dans les cheveux
Qu'a jamais vu un peigne
Ouest méchant comme une teigne
Même qu'il donnerait sa chemise
A des pauvres gens heureux
Qui a marié la Denise
Une fille de la ville
Enfin d'une autre ville
Et que c'est pas fini
Qui fait ses petites affaires
Avec son petit chapeau
Avec son petit manteau
Avec sa petite auto
Qu'aimerait bien avoir l'air
Mais qui n'a pas l'air du tout
Faut pas jouer les riches
Quand on n'a pas le sou
Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne vit pas Monsieur
On ne vit pas on triche

etc...

Jacques Brel

roll-k 21/03/2008 02:40

mais qu'est ce kon attend pour foutre le feu..allons a l'elysée bruler les vieux les vieilles....speciale dedicace a supreme NTM les paroles de leurs textes sont toujours dactualités.....rien n'a changé hexagone de renaud et il y en a plein dautres comme ca...

"le verbe résister doit toujours se conjuger au présent"Lucie Aubrac

surferrossa 20/03/2008 23:05

Je suppose que tu connais la réplique d'Audiard qui pourrait s'appliquer à ces augustes personnes "les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait. Devedjian et la rombière de Balkany ont joué la grande scène de la réconciliation dans un resto après.
Quelle bande de guignols

thibaut 20/03/2008 19:49

ces deux gugusses sont vraiment à vomir...

racaille-du-69 20/03/2008 18:48

Oh ! Je croyais qu'ils s'étaient réconciliés dans l'après-midi. J'ai rencontré Balkany dans le cadre de mon premier boulot et je ne l'ai jamais inscrit son nom dans mon carnet d'adresses (je n'étais pas demandeur, on m'a présenté) : on n'est jamais assez prudent !