Guéant Junior quitte le cabinet Dati

Publié le par Rébus

 Une nouvelle démission vient d'avoir le lieu dans le cabinet de la volcanique Garde des Sceaux. Une de plus, la neuvième depuis que la nouvelle égérie de Dior a pris ses fonctions. Alors, ne peut on se poser la question, Rachida Dati a-t-elle un problême avec ses collaborateurs et subordonnés. Mieux, le problême ne serait -il pas Rachida Dati elle même.

 Surtout que le nouveau démissionnaire n'est pas n'importe qui, non, c'est tout bonnement le fils de Claude Guéant, le nouveau Père Joseph, l'Éminence Grise de Sarkozy. Guéant junior, j'imagine était là pour être un peu les yeux et les oreilles de Claude, pas à proprement parler un papamadit mais plutôt un Petit Rapporteur, surnom à la mode depuis la nomination de Nicolas Princen à ses fonctions euh, fonctions de cible préférée du net, honneur qu'il partage en ce moment avec Olivier Martinez, mais ne nous égarons pas.

  François Guéant, 32 ans et avocat de formation, peut être encore jeune et tendre, mais affublé certainement d'une carapace de saurien difficilement pénétrable, pour peu que ce renard à sang froid qu'est son père l'est un peu formé sinon brieffé. Malgré tout ça, Junior ne sera resté que sept petits mois au ministère de la Cosette de Châlon sur Saône. Rachida Dati, la passionaria sarkozienne applique à la lettre les principes de gestion des collaborateurs et des rapports humains, en vigueur dans l'entourage du nain. Cette forme de management qui utilise systématiquement l'autoritarisme, l'insulte et l'humiliation pour bien faire sentir son pouvoir. Les fameuses techniques idiotes du management par le stress.

  Sarkozyste zélée, toujours prête à monter au créneau pour défendre Sarko, ok, on peut reconnaitre cette qualité à Rachida Dati. Mais, par son comportement vis à vis de son ministère, le dédain exprimé aux  magistrats, le rejet des principes fondamentaux de la constitution, cet autoritarisme à tout crin, cette certitude d'être toujours dans le vrai, alors qu'elle s'est  mise toute la magistrature à dos. Rachida Dati a-t-elle réellement la stature nécessaire à cette fonction. Pas évident, surtout si on la compare à des prédecesseurs glorieux comme Badinter (sans même rentrer dans leurs divergences idéologiques) ou au professionnalisme malgré tout reconnu d'une Guigou. Et ceci sans même polémiquer sur l'obtention ou non de ses diplômes.

  Comme on a pu le voir dans cette fameuse interview en off sur France24, la bouillonante ministre est totalement persuadée du bien fondé de ses réformes. Mieux, elle s'auto persuade du soutien de nombres de magistrats. Alors que, c'est une première, sa réforme à la hussarde (sur le toit, Olivier Martinez) a amené des procureurs et juges à manifester, de même que des avocats, certains entamant des grèves de la faim. Quà cela ne tienne, mécontentement ou pas,  Rachida est droite dans ses cuissardes (non, ça c'est Carla) donc plutôt dans ses bottes montantes et passe outre. Sans s'inquiéter outre mesure de cette première, une grêve des étudiants, futurs magistrats. Rachida ne s'interroge pas. Elle est là pour appliquer le programme de Sarkozy, et celui ci a toujours raison. Ainsi soit-il.

 Neuvième démission donc et toujours pour les mêmes causes, l'attitude de la garde des sceaux, plus peut être la fragilisation pour "dis tout à Papa Claude" engendrée par le revers enregistré aux Municipales
 
  Des motifs divers à ces démissions sont annoncés officiellement, fatigue, non renouvellemnt de contrat, mariage, carrière à réorienter, volonté d'élever des chèvres dans le Larzac (euh, pas sûr celle là). Qui peut y croire sérieusement ?

  Il semble bien y avoir un problême Dati, mais tant qu'elle sera du cercle rapproché, la preuve, sa présence (pourquoi ? ) en Angleterre, elle ne risque rien.

Commenter cet article

Rébus 06/04/2008 21:41

Mon cher Buzz l'éclair,
pour commencer, je ne suis pas votre cher ami, quant à dire que je reprendrais la rhétorique d'une doxa, c'est totalment ridicule. effectivement, je suis plutot à gauche, si cela veut dire quelque chose, mais je ne me prive pas de l'égratigner.
Pour Guéant junior, je ne le connaispas, il a peut êtr réellemnt le virus politique, tan tmieux vu ses fonctions.
Difficile de croire cependant que sa nomination ne doive qu'à ses seules qualités. Claude Guéant voulait peut être ramener un peu d'ordre dans la maison Dati.
13 départs en peu de temps, et jamais pour incompatibilité d'humeur ? Soyez sérieux. Et vous parlez de doxa ?
Allez, je vous laisse avec Justin Timberlake et Madonna (vviens de voir votre site). Au fait, vous êtes un ami de François Guéant, vous semblez le connaitre personnellement ?

Buzz L'éclair 06/04/2008 20:32

François n'est pas le rapporteur de papa, c'est un homme de terrain qui passe 90% de son temps à travailler auprès de nos concitoyens dans le Morbihan. Il vise le statut de député car il aime sa région et ses habitants, il vit la politique par passion. En l'occurence, il doit quitter le ministère parce que le rythme devient physiquement intenable, il dort 4 heures par nuit et finit par dormir debout. Son départ est une nécessité physique, par une affaire d'humeurs ou de calcul d'intérêt. S'il avait pu, il serait resté.

Merci d'arrêter de dire n'importe quoi cher ami. Votre vision de la politique est décidément celle de la doxa. Celle des pauvres journalistes aussi.

le Prolo du Biolo 29/03/2008 22:16

Rachida bling-bling, on ne la jamais aidée savez-vous ?

Par contre depuis 10 mois, elle se rattrape ..

TendrePoison 29/03/2008 11:22

L'ivresse du pouvoir... terrible engrenage pour cette fillette des cités arrivée à coup de dents (et de langue). On a vu plus d'un dictateur finir complètement isolé dans sa parano et figé dans ses positions... plus on avance et moins il est facile de faire marche arrière, même si on fonce dans le mur. d'ailleurs même physiquement elle change, le visage de plus en plus émacié et les traits de plus en plus tirés... le pouvoir non maîtrisé, ça rend laid...

Didier B 29/03/2008 09:53

Ah, si il n'y avait que Dati comme problème, on vivrait à Disneyland....
L'idée de schizophrénie est tentante, mais je préfère l'idée de menteurs invétérés. Dire qu'ils sont malades, ça leur donnerait une excuse