Affaire Fuzz/Martinez : réponse à l'édito de France Info

Publié le par Rébus


 La condamnation de Fuzz et de son créateur Eric Dupin dans l'affaire l'opposant à l'acteur Olivier Martinez a fait le tour du web. Le noeud de cette affaire, ce n'est même pas de savoir si révéler le retour de flamme entre Kylie Minogue et l'ex hussard sur le toit est une atteinte à la vie privée de ce dernier. L'enjeu, le vrai, c'est la liberté d'expression sur le web, une liberté que l'on tente de plus en plus d'étouffer, par tous les moyens.

 Pour faire court, Fuzz a repris un lien, par le biais d'un lecteur RSS, procédure automatique, donc dépourvue de contrôle. Tous les digg- like et agrégateurs d'infos fonctionnent de cette manière. Il est d'ailleurs impossible, vu la taille du flux d'info de tout contrôler. Étant moi même modérateur sur un site, je connais le travail que représente la modération des messages. C'est déjà du travail sur un forum, nécessitant une équipe, cela devient quasi impossible pour un digg like.

  Si cette affaire faisait jurisprudence, une grande part du web associatif devrait fermer ses portes. Je n'entrerai pas dans le cercle de ceux qui déclarent détester Olivier Martinez, il a juste exploité une tendance des people, attaquer en permanence pour soi disant atteinte à la vie privée, de la même façon que les torchons en vivant passent leur temps en procès. C'était juste une première concernant des sites participatifs. Mais, c'est une première qui s'inscrit dans un climat général de surveillance. La nomination d'un Princen ; arbre qui cache la forêt, sa fonction existait auparavant ; les procès  de Jego, l'homme qui voit des staliniens partout, et enfin cette charte de déontologie du web, avec "certificats de bonne conduite" à la clé que l'on nous annonce. On se dirige vers un Internet chinois et on n'entend guère le grand défenseur des libertés, Robert Ménard.

  Normal, Ménard défend la liberté de la presse, ici, on ne parle que de blogs. Des amateurs, des colporteurs de ragots comme l'a dit si éloquement Amaury de Rochegonde, chroniqueur de France Info. Et là, désolé, mais devant tant de mépris et de condescendance, la moutarde me monte au nez (tropisme régional peut être).

 Ce monsieur se réjouit de cette décision, les bons journalistes professionnels font la leçon, pleins de morgue, à ces "journalistes amateurs". Ben oui, on ose venir les titiller dans leur pré carré. Pensez donc des gens qui n'ont même pas de carte de presse. Passons sur le fait qu'il existe des journalistes bloggers, et non des moindres. Après, cette affaire de carte de presse, elle n'est là que pour sanctionner des "études " de journalisme. Elle n'est en aucun cas garante de talent, d'esprit, ou même de sens critique. Relisez donc les "Nouveaux chiens de Garde", revoyez les interviews de Poivre d'Arvor avec Castro, les bises de Chabot à Sarkozy, la récente séance papotage entre Dati et une journaliste et osez parler sans rougir d'indépendance et de sérieux dans ces affaires.
 
 Les bloggeurs n'auraient pas de déontologie, ok, idem pour certains journalistes. Les blogs colporteurs de ragot, oui, il yen a, spécialisés dans le people, comme il existe des Voici et autres. Inutile de faire l'amalgame entre tous. Est-ce que je vous dis, Monsieur de Rochegonde, que vous et le Rédacteur principal de Voici faites la même chose ? Non, pourtant c'est ce que vous faites avec les blogs.

  Pour le reste, la méthode de travail, voyons. Lecture de plusieurs journaux, dépêches diverses, recoupage de plusieurs sources, c'est comme ça que je ponds mes billets. En somme, la même chose que beaucoup de journalistes scotchés à leur écran. Avec un léger plus, je n'ai pas de rédacteur ou de patron, ou de publicitaire qui me demandera de mettre la pédale douce sur certaines infos.

  La qualité d'écriture ? Je connais nombre de blogs aussi bien, voire mieux, rédigés que certains articles de pros. La pertinence des infos ? Il est fréquent que des infos soient déjà présentes sur les blogs avant de faire la une des médias nationaux. Pour votre gouverne mon cher monsieur de Rochegonde, aux States, cet eldorado du journalisme depuis le Watergate, les bloggers se sont vus reconnaitre, suite à l'analyse des méthodes de travail, le statut de journalistes par la Cour de Californie, évitant ainsi le type de proçès qui débute en France.

  Comme beaucoup de journalistes pro, vous êtes dédaigneux vis à vis des blogs, c'est votre droit  et, je suis d'accord, il y a des blogs de tous genres et de tous niveaux. Mais franchement, assimiler tous les bloggers à des colporteurs de ragots comme vous le faites, c'est plutôt mesquin. Est ce que je dis que tous les journalistes français sont aussi hargneux que des chihuahuas sous valium vis à vis du pouvoir ?

  Très honnêtement, quand on voit la complaisance de certaines rédactions envers l'Élysée ou de gros industriels, je trouve mal venu de la part de cette presse française de donner des leçons. À  bon entendeur.

  Pour la petite histoire, Kylie Minogue a elle même confirmé ses futures noces avec Olivier Martinez, bref, une polémique stérile, sauf pour ceux voulant l'utiliser pour faire le ménage sur Internet.

Commenter cet article

seccus 04/04/2008 15:00

Excellente contrepartie. Tu décris bien cette vision élitique de certains journalistes qui pensent "l'avoir l'affaire". Chez nous au Québec, on dit : " qu'il (ou elle) pèete plus haut que le trou!". Mais en vérité, dans mes mopts, à la toilette, ces journalistes font comme tout le monde et cela les fait ...!

Nous aussi au Québec, nous nous sentons concernés par cette affaire Fuzz/Martinez. Pour ma part, je ne visionnerai plus de film où cet acteur sera présent. Je ne l'aimais pas d'avance. Néanmoins, notre appui au "gars avec la tête en bas" et à ses amigos et amigas.

Seccus

Rébus 01/04/2008 23:01

Les grands journalistes ne vont pas s'abaisser à répondre...Le coup du mépris est tellement plus simple

Jean-Marie Le Ray 01/04/2008 10:40

Copie du courriel que j'ai envoyé à ce cher monsieur de Rochegonde : « Votre article est un tissu d'âneries qui fait de la superficialité vertu.
Par contre, si je comprends bien, vous êtes "journaliste". C'est bizarre, je croyais que les journalistes fouillaient un peu leurs arguments avant d'en parler. Or en lisant ce "papier", on a plutôt l'impression qu'il ne fait que colporter les potins et ragots qu'il semble vouloir dénoncer. »
Il s'est bien gardé de le publier ou de me répondre, certes, c'est plus facile comme ça...
Jean-Marie Le Ray

Mr Boin 31/03/2008 14:47

Bon article. A l'heure où la presse US commence a voir sa fin arriver, et ou la presse Francaise ne peut entrevoir qu'un sort similaire, il semble évident que ces derniers vont passer leurs dernieres années à refuser la réalité et chasser toute forme de concurrence. Eliminer le web 2.0 est une bonne façon de retarder l'inévitable, à savoir la disparition d'une presse corrompue (allez, 30% de la presse), d'une presse pas plus sérieuse que la plupart des bloggeurs (50%), batie sur un modèle économique hors service (subvention des MNPP et publicité papier moribonde).

Goupil 31/03/2008 12:36

Mille merci pour cet article salutaire, ça fait vraiment du bien à lire ! J'ai à ma manière aussi mouché la presse traditionnelle ( http://blog.x-prime.com/index.php/2007/11/20/576-des-enjeux-de-l-information ) et la réaction corporatiste de Rochegonde m'a hérissé au plus haut point. Quant au mutisme de Ménard, je serais tenté de le mettre sur le compte de l'ignorance. Et de lui conseiller de prendre un peu exemple sur son ami Edwy Plenel ...