Attaquée par l'UMP, la presse se rebiffe

Publié le par Rébus


 Les communicants de l'UMP ont-ils perdus la main ? On peut se poser la question tant la dernière idée mise en application par  Sarkozy se retourne contre lui.

  On admet , ou on le suggère, que si Sarkozy a gagné en mai 2007, c'est autant dû aux palinodies socialistes qu'à une campagne de com tous azimuths et une présence médiatique intensive, les fameuses UBM, depuis 2002. Les communicants ont fait Sarko. On connait l'importance de Guaino et de ses discours dans le dispositif mais les publicitaires embeded ont été très importants. À tel point que c'est l'un d'eux, Franck Louvrier qui succèda à David Martinon.

  Sarkozy est doté d'un certain flair politique, il est doué pour humer l'air du temps, et faire des coups, l'école Chirac-Pasqua a parfois du bon. Appuyé par des batteries de sondage, des panels divers, le candidat UMP a toujours un pas d'avance, décidant toujours du terrain du débat, de sidées et thêmes abordés, contrôlant toujours l'action finalement.

  La machine semble essoufflée, la conquête du pouvoir et son exercice étant deux choses différentes. Les osndages se font meurtriers, les résultats n'arrivent pas alors on essaye de se relancer sur la com.

  Back to basics. Si on retentait le coup du segobashing. Première phase, Raffarin qui attauqe violemment Royal sur sa condamnation, forçant le trait, lourdement, à la Raffarin, et tordant quelque peu le coup à la réalité au pasage. Deuxième salve, et c'est celle qui passe le plus mal, l'omniprésident, croyant toujours à son immunité totale fustige une presse trop complaisante pour Royal et trop dure avec lui, selon ses dires. Et là, ça ne passe plus.

  Quand on place tous ses amis à des postes clés à la télé, que les quotidiens sont le jouet de financiers proches, dire que la presse vous est opposée alors que c'est elle qui vous a faites, c'est du délire. Un déni de réalité complet, c'est surtout maladroit quand  ces mêmes journaux ont repéré l'odeur du sang. Sarko est affaibli, il est moins intimidant. tentant pour une presse dont la soumission passé fut incroyable de se rfaire une virginité en faisant de belles déclarations d'indépendance. La règle des 3 L de Kahn est plus que jamais d'actualité.

  En attendant, un virus mortel sévit en Chine et c'est à nouveau le chaos à Beyrouth mais ça n'a aucun intérêt.  Occupons nous plutôt de l'AFP qui ferait de la résistance ou des procès Royal/Raffarin et Royal/Paris Match

Commenter cet article

charlotte357 12/05/2008 20:10

La presse trouvait toutes les qualités à Sarko pour être président, maitenant il a tous les défauts, nous simples pékins avions reniflé le danger alors que ce soit Sarko ou lapresse qu'ils se démerdent entr'eux et qu'ils s'étripent, nous on comptera les points.

racaille 11/05/2008 21:24

Il a du flair politique, Sarko, mais comme communicateur tu repasseras. Il a trop tiré sur la corde, avec la presse et ladite corde a fini par rompre, c'est tout, et ce n'est pas moi qui en pleurerai.

rébus 11/05/2008 19:42

Les 2 mon général.
Ciel, merci du compliment

emiliano, pancho & cie 11/05/2008 19:01

il nous ferait une crise de jalousie, ou une crise de paranoia? les deux à la fois?

ciel23 11/05/2008 15:44

toujours un style épatant ;-)