Montebourg, sabre au clair

Publié le par Rébus

  Ouah, exceptionnel, le retour de la Gauche dans l'actu se déroule sous nos yeux...

  Rocard yoyote sa défiance envers Royal dès qu'il croise un journaliste, Besancenot fait le pitre chez Drucker (méfie toi Olivier, tu vas vieillir d'un seul coup), Royal n'aime décidément pas Raffarin, ni Paris Match quand celui ci publie des photos attestant du catholicisme de la candidate.

  Bon, tout ça, c'est quand même anecdotique, des haines recuites qui se vomissent quand elles peuvent (Rocard, Jospin), du voisinage délicat dans le cas de Raffarin et une sensation bizarre devant les révolutionnaires médiatiques. Et la politique dans tout ça ? Hein, l'est où la politique ? Et toc, le bretteur du PS, Arnaud Montebourg surgit, toujours prompt à venir ferrailler. Dommage qu'il ait été écarté de la campagne présidentielle pour un jeu de mots faciles ; on ne va pas à la bataille sans snipers, mais inutile de refaire l'histoire.

  Alors, oui, Montebourg est devenu un cumulard de la politique, après l'avoir si longtemps dénoncé. Ben oui, faut survivre, hein, Arnaud, dans ce monde brutes. Et lui aussi vise des responsabilités supplémentaires au PS, c'est pourquoi il tire à la fois sur Dealnoé et Royal, les mieux placés à l'heure actuelle. C'est le jeu politique, ça peut être salissant même quand on aime la grandiloquence comme c'est le cas du néo président  de conseil général.

  Revenant sur les attaques contre la presse que multiplient les sarkozy boys à l'heure actuelle, Montebourg nous apprend que le PS, enfin, toute la Gauche, toute l'opposition si l'on y inclue le Moudem est en voie de disparition. Disparition médiatique en tout cas, l'UMP ayant vue son hégémonie télévisuelle augmenter de 256 % sur TF1 et 196 % sur France 2 (chiffres CSA).

  Bon, on veut bien croire, ce n'est pas nouveau, que les médias sont forts bien disposés vis à vis des Sarko/Fillon et que l'opposition a du mal à se faire entendre mais, peut être faudrait-il aussi qu'ils dassenrt les querelles de personnes et de chapelles et formulent quelques propositions, dégager des pistes pour des programmes futurs.

  Si il y a des idées, aussi peu relayées soient elles dans le PAF, elles feront leur chemin, par les militants par exemple et finiront par s'exprimer. L'omniprésence UMP est réelle mais ne peut à elle seule dédouaner ses adversaires de leur manque, apparent seulement peut être, d'idées.

Commenter cet article

sixtine 12/05/2008 17:59

Pour l'instant, je n'entends que la voix du facteur qui soit à peu près audible...on partage ou pas, mais le fait est que les autres se sont plus ou moins évaporés..." esprits, êtes-vous là ?"

olive 12/05/2008 17:52

Ah bon le ps et la gauche ça existe encore, bizarre moi je les entends toujours pas !!!!

Rébus 12/05/2008 11:43

Plus de gens de droite que de gauche ? On put se poser la question car Sarkozy n'était pas un inconnu, son programme, même si tous ses électeurs ne l'ont paas fouillé était très à droite.
Il ya un mécontentement général mais tout est catégoriel, en gros, je regrette se dit l'électeur quand les mesures me touchent moi. De plus, on a fait succéder un gouvernement de droite dure à un gouvernement ou Raffarin, on l'oublie trop souvent avait déjç fait un gros travail de destruction sociale

richard 12/05/2008 07:55

La gauche n'a toujours pas tiré les leçons de sa défaite aux présidentielles. Tant qu'un leader ne fera pas l'unanimité, ce sera un echec annoncé. Qui est aujourd'hui est capable de faire perdre Sarko en 2012? A par lui même...
Tout cela pour dire que la gauche ne reste que dans la réaction et pas l'action. Les médias ont leur part de responsabilité. Mais finalement, il y aurait il plus de gens de droite en France que de gauche?

Rébus 12/05/2008 04:57

Euh, pour Villepinte, vous savez quoi au juste sur ceux qui y étaient ou pas ?
On peut juger certaines idées de Ségolène intéressante, sans adhérer en bloc, l'élection est danss 4 ans, un projeyt peut , doit voir le jour, là, on est en pleine guerredes chefs.
La division a fait perdre 2007, les tirs à boulets rouges des vieilis et usés Jospin ert Rocard reproduisent le même schéma. Je ne suis pas ségolèniste mais Delanoé n'a aucune chance. Il faut un projet et un candidat naturel, quek qu'il soit, sauf Valls, sarkozyste et Moscovici qui ne représente que lui ou DSK planqué au FMI.
Dois je comprendre qu'une présence./absence à la grand messe de Villepinte donne ou dénie le droit de se préoccuper de l'avenir de la gauche ? Un peu court.
Et cette gauche devra composer avec son aile gauche pour recomposer un pays décomposé par l'action de la droite dure qui a bien sapé les fondations en une année. Il lui en reste 4.