La baisse du chômage ? Radions les, radions les

Publié le par Rébus


  "Ma' me Chabot, j'vous dit qu'j'fais une politique formidable... La preuve, on a le taux de chômage le plus bas depuis 25 ans et là, une baisse de 7.2 % alors, je devrais faire quoi, Ma'me Chabot, arrêter, changer de politique alors que ça marche ? Hein, je vous le demande Ma'me Chabot..."

  J'imagine que c'est à peu près le discours qure tiendrait Sarkozy interviewée par la dite Chabot,en attendant les médias se gargarisent de ces expressions, chômage au plus bas depuis 1983 et baisse du nombre de chômeurs de 7.2 %. Oubliant juste de rappeler qu'il y a peu, l'INSEE ne voulait plus donner de statistiques, contestant le snouvelles méthodes de calcul et que ces stats réapparaissent maintenant, tranquillment, et maquillées comme des voitures voléess.

  Surtout, asséner le message, ça marche, rajouter un couplet sur les sanctions à l'encontre des chômeurs qu'on durcit, le Sénat de prononçait dessus il ya peu ; oublions de dire que depuis 1983, puisqu'on en parle, ce qui a changé c'est le Papy boom, responsable majoritairement de cette baisse et l'explosion des contrats précaires. des contrats qui vous permettent vaguement de survivre un peu et font la joie des statisticiens et conseillers ANPE, qui vous voient sortir de la catégorie (celle que l'on commente lors de ces fameux résultats).

  Votre vie ne s'améliore guère, vous êtes toujours précaire, il se peut même que ces emplois entrainent une dégradation de vos finances. pas grave, les Touati, Sylvestre et autres vous diront que "cela est bon, le marché l'a décidé". Le patronnat aussi toujours heureux d'avoir une main d'oeuvre (quelque soit le niveau, je rappelle qu'ne terme stricte un cadre même supérieur est un prolétaire, vu qu'il vend sa force de travail) assouplie par ce chôma   ge qui perdure.

  Mais comme les exemples parlent mieux que les démonstrations, je reproduis une lettre parue dans le Contre journal de Libé. Une lettre écrite par une "radiée" et qui illustre parfaitement cette politique.



    Chiffres du chômage: la réponse d'une radiée de l'ANPE

« Pas besoin d'aller chercher bien loin pour se faire une idée de la mauvaise foi qui se cache derrière ces chiffres du chômage, il suffit de jeter un œil à ces lettres de conseillers de l'ANPE dont on attend plus rien ». Radiée par l'ANPE après avoir accepté un CDD de quatre mois, Valérie témoigne des pratiques de l'administration qui expliquent aussi la baisse de 8,4 % à 7,2 % du taux de chômage.

Valérie.«Je voudrais apporter un éclairage sur ces chiffres dont se gargarise le gouvernement sans scrupule. Car j'ai en effet reçu récemment une lettre de l'ANPE avec la mention "Cessation de votre inscription" qui m'a vraiment choquée. Depuis près de 3 ans, je collectionne les contrats précaires (vacations pour le service public, pour les associations...). Pas moyen de décrocher un CDI ou de pérenniser les postes dans ces secteurs exsangues de la culture, y compris au plus haut niveau des administrations et malgré une qualification de niveau Bac + 5 et une expérience dans ce domaine depuis plusieurs années. Je suis donc inscrite à l'ANPE car j'enchaîne des contrats de 2 mois, 4 mois ou 6 mois tout au plus, jamais chez le même employeur et suis donc constamment en recherche d'emploi.

Il va sans dire que lorsqu'on est flexible, que l'on bouge ainsi dans toute la France, on ne bénéficie d'aucune aide à la mobilité : les aides aux déménagements des Assedic et de l'ANPE ne sont pas allouées pour les contrats trop courts. Je n'ai jamais réussi non plus à bénéficier de défraiements de l'ANPE pour me rendre à un entretien d'embauche. Je ne peux pas avoir de logement fixe car j'en change tous les 3 ou 6 mois sans pouvoir déduire aucun de ces frais au niveau des impôts. De plus les salaires sont si bas dans ce secteur qu'il n'est pas envisageable d'avoir un logement fixe en plus des locations que m'imposent cette mobilité. Vous vous doutez bien aussi qu'en changeant ainsi d'employeur et de convention deux fois par an on ne bénéficie d'aucune ancienneté.

Cette posture de flexibilité prônée par tous les énarques n'est soutenue par aucune mesure économique ou facilité administrative. L'irresponsabilité des services publics à l'égard de cette évolution de la précarisation de l'emploi se double aujourd'hui d'une mauvaise foi. Jusqu'à ce jour, je pouvais continuer à être inscrite à l'ANPE durant ces courts contrats en actualisant ma situation régulièrement. Ce qui me permettait de ne pas être soumise à des délais de carence entre chaque contrat et retards de versement d'allocations ; et cette situation administrative était à l'image de ma situation : précarité, incertitude, et recherche permanente d'une issue plus stable. Mais voici que dernièrement après avoir signé un nouveau contrat de 4 mois, j'ai reçu la lettre suivante de l'ANPE : "vous êtes en CDD pour 4 mois, vous n'êtes alors plus en recherche active d'emploi et n'êtes plus disponible immédiatement, nous procédons donc à la cessation de votre inscription".

Alors je voudrais demander : elle appartient à ceux qui se lèvent à quelle heure la France qui estime qu'avec un CDD de 4 mois en poche, on se dispense de chercher du travail ? Et elles ont quelle allure les notes de service internes qui poussent les conseillers à l'emploi à appliquer cette politique de lobbying du gouvernement au détriment d'un meilleur accompagnement des demandeurs d'emploi ? Tout ce qui intéresse les conseillers à l'emploi qui me reçoivent est de pouvoir noter que je suis à même d'accepter un salaire de CAE (Contrat d'accompagnement dans l'emploi, un salaire équivalent du smic, ndlr) quand, désespérée, je serai presque prête à y consentir. Je pense que si j'étais journaliste, j'irai demander à consulter ces notes de service et prendre le pouls du moral de ces agents et équipes de l'ANPE et de l'Assedic, poussés à de telles aberrations. Pas besoin d'aller chercher bien loin pour se faire une idée de la mauvaise foi qui se cache derrière ces chiffres, il suffit de jeter un œil à ces lettres de conseillers dont on attend plus rien.

Une radiée de l'ANPE, de partout et de nulle part (car flexible).»


 

 Ça va, tout le monde a compris au gouvernement et dans les journaux propageant la bonne parole, ou il faut d'autres exemples? Y a des cartons entiers de témoignages de ce genre

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rébus 18/06/2008 21:03

Bon, Marc est un vrai croyant, libre à lui... Mais il y aune nouvelle invention mise en place sans publicité, la suppression du RMI pour cause de paiers non renvoyés (eh oui, contrairement à la croyance populaire, il ya des contrôles) car...jamais reçus (ou égarés par la suite dans les divers services.
Et je connais personnellemnt des cas pouvant en témoigner

marc d Here 12/06/2008 15:46

Une dernière remarque: l'INSEE vient d'annoncer que plus de 70.000 emplois ont été créés au premier trimestre 2008....La baisse du chômage est donc bien due à des créations réelles d'emplois.

marc d Here 11/06/2008 17:19

Une remarque pour Rebus, le nombre de RMistes baisse aussi...

sixtine 10/06/2008 21:21

La baisse du chômage est un leurre et les employés de l'ANPE le savent bien à défaut de pouvoir le dire !
Ne sont pas comptabilisées de nombreuses catégories de demandeurs d'emploi...il faut se renseigner avant de parler Mr Marc d Here et ne pas se fier à toutes les déclarations officielles qui ne servent qu'à tenter de noyer le poisson...

MiC 09/06/2008 19:59

petite info en passant : à chaque réinscription, on s'assoit sur la carence de 7 jours. toujours ça de gagné pour les statistiques.
et n'oublions pas que les chiffres annoncés ne concernent qu'une SEULE catégorie de chomeurs. il y en a plusieurs, 6 ou 7 me semble-t-il.