Bloquons les blogs....

Publié le par Rébus


 Ben oui, suivons cette mirifique idée de la jadis inconnue mais désormais très buzzée Marianne Mikko, député estonnienne de son état, qui a gardé quelques vieux réflexes, probabement ancrés en elle depuis l'occupation soviétIque.

  Chassons le dissident, même s'il ne disside pas d'ailleurs... Il y atoutes sortes de blogs. Bien sûr,, cette Marianne qui porte si mal son joli prénom ne vise que les blogs politiques et encore, certainement pas tous. Les passeurs de brosse à reluire de tous les pays, les bloggers ravis du pouvoir, les éminents journalistes éructant leurs âneries sur le web, prophètes ridicules et déjà vus et entendus partout (qui a dit Apathie ?), ceux là ne risquent pas grand chose, ils seont labellisés, officiallisés.

  Bel reconnaissance d'un pouvoir de nuisance pour les "opposants" internautes que nous sommes. Mais, il ne faut pas se leurrer... Si le net permet d'aller à la pêche à l'info, celle que l'on ne trouve que difficilement par les canaux classiques, la blogosphère n'est justement qu'une sphère. Il arrive qu'un débat s'en échappe et touche le grand public, comme on dit, ce fut le cas pour le débat sur le Non (ou le oui) à l'Europe.

  La Net campagne avait été exemplaire, contrebalançant des journaux tous, ou presques, acquis. Ça, les gros médias l'ont mal digéré. Réguliièrement depuis, ils se targuent de donner des leçons de déontologie. Une déontologie qui serait leur apanage, là ou le blogger serait un éditorialiste frustré crachant son venin dans son coin.

  Le côté éditorialiste frustré n'est pas toujours faux, bien sûr, mais se faire donner des leçon, sur la taille de son égo ou la vérification de l'info, des sources ou voir mettre en doute son intégrité par des Elkabbach, pantins du pouvoir depuis 30 ans et annonceur de morts prématurées, ça fait ... rire ? Non, même pas. Voir tant d'arrogance et de cuistrerie s'accoupler avec la servilité médiatique générale, c'est à pleurer.

  Bref, l'info sur le net est un enjeu, un truc qu'il faut contrôler. Ouah, quelle jolie bande de révolutionnaires nous sommes. Ego, ego, soyons flattés de tant de (mauvaises) intentions à notre égard mais ne nous leurrons pas. Si certains bloggers influents peuvent être pris en considération dans "les milieux autorisés", leurs analyses ne pénètrent généralement pas, ou peu souvent le foyer de la ménagère de moins ou plus de 50 ans.

  Préservons, ou tentons de le faire, cet espace de liberté, mais ne perdons pas de vue que nous ne livrons que des guerres des mots, des combats virtuels. L'action est ailleurs. Disons que nous tentons de baliser le terrain.

  Pour illustrer ça, Fête de la Musique oblige, No One Is Innocent, "Révolution.com"

Commenter cet article

Jeffanne 23/06/2008 20:23

J'ai beaucoup apprécié ton analyse, Rébus... je me posais des questions sur cette député estonienne et sa façon de voir les choses. Même chose pour l'eurodéputé  Jorgo Chatzimarkakis (bon passons l'orthographe) et ses réflexions pour le moins ambiguës.... La conclusion de ton article ressemble, en quelque sorte, à ce que je pensais dans le fond ....L'expression "la ménagère" m'amuse beaucoup par ailleurs !!! et ne me dérange aucunement....et puis Olive qui rapplique avec la famille "Bidochon"et Didier B ? qu'est-ce à dire.....ce petit bout de bois....hihihi

TendrePoison 23/06/2008 12:40

Une prise de conscience c souvent brutal mais ça a souvent été préparé avant par petites touches successives. Internet permet de rendre l'info librement accessible et c clair que ça les fait flipper un max. qui sait de quelle maniere un déclic de conscience au bon moment chez un seul individu peut se répercuter concretement...

gertrude 21/06/2008 23:32

C'est quoi ce jeunisme?

Didier B 21/06/2008 22:39

Mikko... Elle aussi a un petit bout de bois dans le fondement ? :-)

Olive 21/06/2008 22:26

Pour en revenier à la ménagére où comme vous dites le conjoint etc, en bref la famille bidochon, les + de 50 ans en fait je pense ne sont pas encore bien avec le net, espérant que PPDA viré ils vont essayer le net, qui heureusement est là pour avoir des news, car les médias actuelles filtrent tous les infos, censure Sarko, oblige.