Les victimes de l'amiante indemnisées

Publié le par Rébus


 Une fois n'est pas coutume, je vais parler d'une bonne nouvelle. Quoi, vous avez cru que j'allais commenter le creusement du déficit de la France, qui atteint de nouveaux records ?

 Loupé, d'une, ce creusement n'est pas une surprise, de deux, bah, critiquer Sarkozy, on a tous les jours de la semaine pour le faire. Surtout que je ne suisp un de ces farouches contempteurs de la dette. Une dettte qu'on attribue par Français, greffant, je crois, 47000 euros dès la naissance, plus maintenant certainement, de nos chères tes, de la couleur et du genre de cheveux qu'ils veulent.

 À ce petit jeu, on se fait enfermer dans une logique comptable, qui est celle où l'Europe et tous ces libéraux veulent nous enfermer, on ne parle jamais des actifs, des infrastructures qui sont égalment induits par cette dette, l'éducation, les routes, les hôpitaux, les divers équipements, les services publics, même l'aide sociale. Gardons une approche purement comptable, décrètons la dette taboue, et...supprimons tout, non, sans moi, merci...

 Bon, je m'égare, j'avais dit bonnes nouvelles. Le tribunal de Bergerac, c'est une première en France dixit France Info, vient de décider d'indemniser des salariés victimes de l'amiante.

  Ces salariés travaillaient dans une papeterie en Dordogne et ont donc été exposés à de l'amiante. L'amiante, un risque que l(on ne connait jamais que depuis 1909 et dont on ne s'est guère préoccupé jusqu'à il y a peu. Histoire de rassurer tout le monde, je dirais que pour la plupart de ceux qui ont effectués leur scolarité jusqu'au milieu, minimum, des années 90 (ou qui seraient encore à Jussieu ou ailleurs), je dirais que nous avons tous été exposés à l'amiante, bâtoiments scolaires, publics, lieux de travail pour les plus exposés, c'est dire le risque d'explosion du nombre de cancer dûs aux fibres, le cancer de la plèvre, auquel on risque d'assister.

  En indemnisant les travailleurs de cette papeterie, le tribunal risque de créer une jurisprudence, l'exposition à l'amiante passerait en risque professionnel et serait susceptible d'être indemnisés dans beaucoup d'autres cas. 9a ne doit pas faire plaisir à tout le monde.

  En cherchant bien , je suis sur (avec un peu de volonté) qu'on peut trouver plein d'autres milieux professionnels pathogènes. Le prochain combat d'arrière garde du Medef et de Parisot ? Peut être...

Commenter cet article

ciel23 28/06/2008 08:21

Toujours une plume féroce...bravo ;-)))

sixtine 28/06/2008 07:48

C' est la moindre des choses que d'admettre que la santé et la vie des personnes aient pu être exposées à une source de contamination...pour la ou les victimes, cela n'arrangera pas leur guérison mais les aidera peut-être à se soigner avec des indemnités conséquentes et leur permettra de se sentir enfin reconnues en tant que victimes !

Le sang coule 28/06/2008 03:54

Effectivement, relative bonne nouvelle, merci Rébus ! :)Je dis relative, car tout le fric possible et imaginable ne saurait leur rendre la santé ou la vie ... Cela dit, ça c'ets pour le côté civil (indemnisations des victimes), et qu'en est-il du côté pénal (punition des coupables) ?Mwarf, je dois être trop exigeante ...

Olive 28/06/2008 01:26

Même à la SNCF, il commence à peine à faire suivre les gens, donc beaucoup on été contaminé, j'espére vraiement que ce cas fera jurisprudence.

Rébus 27/06/2008 23:47

Les malades sont ausi victimes, non ?