Pénibilité du travail, le medef ne veut rien lâcher

Publié le par Rébus

 

 Il y a quelque temps, François Fillon déclarait que la seule chose que l'on retiendrait du deuxième mandat de Chirac serait SA fameuse réforme des retraites.

 

Effectivement, la réforme du droopy sarthois est resté dans les mémoires, aussi douloureuses pour ceux qu'elle a frappé que doit l'être la sciatique actuelle de l'homme à la mèche éternelle.

 

Sauf qu'une sciatique, ça passe. La réforme de Fillon elle, on la subit touhjours,et, contrairment à ses déclarations de 2003, le régime des retraites n'a pas été sauvé. Au contraire, la maladie s'est aggravée et le remède préconisé est cette vieille lune droitière de repousser encore l'âge de la retraite. Échec total, mais ce n'est pas le sujet.

 

Souvenons nous qu'à l'époque, les syndicats étaient tout à fait opposés au plan Fillon. Tous sauf un, la CFDT de Chérèque, syndicat aligné sur les désidératas médefiens dpuis Nicole Notat, Chérèque prétendit à l'époque avoir signé ce pacte faustien (toujours faire croire qu'on est cultivé ; en mêm temps, Fillon en Méphistophélès, c'est moyen) car il avait des garanties pour des départs anticipés sur les ceusses qui avaient commencé à travailler dès 14 ans.

 

Chérèque, cette bonne âme, vendue certes, s'inquiétait du sort des babyboomers employés et ouvriers. Et oui, tous les baby boomers n'ont pas fini cadres sup. Certains ont eu des métiers pénibles. Négocier des acccords relatifs sur cette pénibilité était une bonne idée. Gober en bloc les bobards gouvernentaux et se ranger aux côtés du Medef était par contre d'une crétinerie sans nom.

 

La réforme Fillon prit effet quasi immédiatement, les négo sur les départs anticipés et la pénibilité du travail attendirent 2005 pour s'ouvrir. Un joli retard à l'allumage qui augurait mal de la suite.

 

Et là, fin de non recevoir patronnale. Aucun accord n'interviendra. Le Medef dans son infinie bonté veut bien convenir que "oui, il existe des différences d'espérance de vie selon les carrières ; oui, certains métiers sont plus pénibles que d'autres ou plus propices à des maladies professionnelles". Mais la "bonne volonté " patronnale s'arrête là. Étonnant, non ?

 

Depuis Chérèque est tout dépité et fait les gros yeux à Fillon ainsi qu'à Sarkozy et au Medef. Mais bon, mon cher Chérèque si on ne s'aperçoit plus des grèves dans ce pays, c'est un peu grâce à ton syndicat, non ? Qui a dit jaunes ? Ah, non, moi, j'ai rien dit...

 

Mais, pas d'inquiétudes, Xavier Bertrand va reprendre personnellement le dossier dès la rentrée, ça rassure, non ? Bertrand, l'aspirant Premier Ministre, le "monsieur Social" du gouvernement, dont même Parisot remet en cause la façon de négocier, c'est dire.

 

 

 

Commenter cet article

la fleur aux dents 19/07/2008 15:04

Adressée aux états majors syndicaux ? ..Cette initiative du 10 novembre .. je veux bien .. je souscris ..mais j'ai bien peur que ..Les syndicats , c'est devenu comme pes partis politiques .. ils s'observent .. c'est la concurrence ! .. et c'est d'abord l'interêt du syndicat , avant l'intêret général !... d'ailleurs suffit de les observer actuellement ! ... FO .. s'est mis de coté dans la dernière action : motif .. bien fait pour les autres , z"avaient pas à faire confiance à Bertrand ! .. alors quand on en est là ... des fois ils me dégoutent ces syndicats .. et pourtant je fus syndicaliste pendant presque toute ma vie active' ... mais on avait une autre idée de la lutte ! ..et on n'avait pas peur d'affronter les pontifs lors des congrés nationaux ! Mais j'ose éspérer !  ..En général les syndicats , n'aiment pas recevoir des initiatives venue d'ailleurs ! .. je te le dis en toute connaissance de cause !....Maintenant , pour en revenir à la pénibilité , Chéréque le fils , a signé n'importe quoi avec Fillon , dans la réforme des retraites .. il a obtenu une contre-partie sur les longues carrières ( pas sur la pénibilité ) .. sauf que là aussi, il s'est fait baiser la gueule ..car çà reprenait pas les annuités validées par la CRAM... étaient déduites les périodes de chômage , de maladie ..si bien que de nombreux salariés , ayant commencé à 14 ans ..et qui espéraient partir avant 60 ans ont vu leur dossier refusé , parce qu'il y avait soit de la maladie, ou du chomage , dans leur carrière !  ce qui n'est évidemment pas leur faute ! ...Ainsi des centaines de milliers de personnes ayant commencé à 14 ans , se sont vues flouées de leur retraite anticipée , pour des causes involontaires de leur part ! .. scandaleux ! ..J'ajouterai que quand on commence à 14 ans ..par définition, c'est qu'on a pas fait de grandes études pour être dans un bureau , on est donc forcément manuel à 99,99 % ..dans une usine ..dans les années 60 , y'avait pas beaucoup de tertiaire , c'était surtout dans l'industriel que l'on s'orientait ....donc au boulot dès 14 ans , dans une usine , après le certif ! ..et qui avait un peu de volonté d'améliorer sa condition, allait au cours du soir , après sa journée dure et pénible , pour passer un CAP , qui vallait de l'or à l'époque ! ..Ne pas reconnaitre la pénibilité , dans ce gouvernement de merde , est un véritable scandale ! .. ah .. oui, tout ce qu'ils savent faire , c'est parler de l'allongement de la durée de vie , les stats !  les stats ! un raisonnement digne de ces ronds de cuirs , à qui je ne donne pas une journée de boulot d'aciériste , sans qu'ils viennent pleurer dans les jupes de leurs méres ! ..iL est pourtant reconnu dans diverses études que la vie d'un ouvrier est plus courte que celle d'un bureaucrate .. mais non ! ..Je viens d'apprendre la mort d'un de mes potes ..de jeunesse ..il avait 62 ans .. mon âge .. il a bossé a Eternit .. savez l'amiante ... il en a bien profité , hein ! .. il a commencé à 14 ans comme moi !Bande de salauds !

Frédéric Maurin 19/07/2008 09:55

La nature de la politique de Sarkozy avait été dévoilée par un idéologue du MEDEF : défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance. Pas l'actualiser aux enjeux de l'époque ni le mettre en oeuvre : le défaire.Revoir à ce propos :  http://rupturetranquille.over-blog.com/article-7195117.htmlOr c'est, fort opportunément, le 14 juillet que j'ai reçu ce message :"Nous sommes toutes et tous le Conseil National de la Résistance.On ne peut pas attendre que l'inspiration vienne. Il faut courir après avec une massue. (Jack London)Que faire, aujourd'hui, pour donner un coup d'arrêt à la liquidation, par Sarkozy et le Medef, de notre République et de son modèle social hérité du CNR?Ce coup d'arrêt ne peut être donné que par une très large mobilisation populaire dans tout le pays et au même moment...La capacité de révolte de notre peuple est intacte, comme le montrent, partout en France les foyers de résistance qui se développent sous des formes différentes (collectifs, associations, fondations...).Les conflits sociaux se multiplient. Mais ne convergent pas...L'alternative politique au capitalisme sauvage se dessine peu à peu. Mais pas assez vite...Le mouvement social manque de cohésion et de puissance, faute d'une perspective politique réelle.Il est morcelé et les états-majors syndicaux, ont choisi d'engager, entre eux, une course à la représentativité qui les éloigne de leur base et les fragilise.La perspective politique, elle, tarde à prendre forme car la réflexion est menée sans l?adhésion des masses populaires.Les divisions intestines, le culte de l'individualité et des appareils ont détourné trop de citoyens du terrain politique.Convergence des luttes ET irruption citoyenne du peuple dans le champ politique doivent être obtenues. Maintenant?Or situation dans laquelle se trouve notre pays nous offre cette possibilité dans les semaines à venir!L'initiative d'une Grève Générale Reconductible, le 10 novembre 2008 doit être relayée dans tout le pays pendant les congés d'été.La rentrée de septembre sera l'occasion de la décider partout et deux mois de travail permettront encore d'en assurer le succès.Sa réussite repose, sur l'engagement, immédiat des forces de chacune et chacun d'entre nous.Elle donnera une cohésion au mouvement social en donnant l'impulsion indispensable à la mise en place d'un cadre commun de discussions pour coordonner les luttes, organiser la résistance et reprendre les conquêtes.L'intervention populaire pourra aussi imposer un cadre de réflexion unitaire et attractif qui pourra facilement être élargi aux citoyens, pour la création d'une vraie alternative aux politiques actuelles.Elle pèsera sur les rassemblements des organisations politiques de fin d'année et aura comme prolongement la nouvelle séquence électorale qui s'ouvre avec les élections de 2009, 2010 et 2012.Ce camouflet sera enfin un signal très fort en direction des autres pays de l'Union Européenne que Sarkozy préside jusqu'en décembre...Diffusez cet appel par tous les moyens possibles et imaginables :Soyons le Conseil National de la RésistanceRésister, c'est créer. Créer, c'est Résister.www.conseilnationaldelaresistance.fr  ""Le choix est aujourd'hui plus que jamais pour chaque profession de perdre séparément en plongeant pour longtemps dans l’enfer de l'exploitation sans limite, ou de construire démocratiquement et d’urgence une action « tous ensemble et en même temps » pour gagner et ré-ouvrir enfin des perspectives progressistes". Tous ensemble et en même temps : la question du 10 novembre est donc posée.               http://tous-ensemble.dyndns.org:80/

Rébus 19/07/2008 01:21

Méalnger du Desproges et du Parisot dans le texte, ça peut surprendre, en effet

Baptiste 18/07/2008 23:39

Hmm, comme ce billet fleure bon le Desproges dans son antépénultième paragraphe, j'aime cette odeur =)De toute façon, tout est précaire. La liberté, les droits de l'Homme, les acquis sociaux, vous, moi... Surtout moi.(arg mélanger deux citations ça fait bizarre)

TendrePoison 18/07/2008 18:34

Fillon en Méphistophélès c'est moyen ? Moi je trouve que ça le fait, faudrait juste lui teindre sa mèche en rouge et lui faire des petites piques avec du gel pour les cornes