La gauche se déchire, la droite bétonne

Publié le par Rébus


 Effarant de constater l'écart entre le "pays réel", ses préoccupations et ce qui se passe dans les cénacles du pouvoir ou des prétendants au pouvoir.

 Au PS, les poignards sont sortis suite à un congrès où l'on peut guère parler de débats (querelles conviendrait mieux) à fleurets mouchetés.

 La grande préoccupation des cadors socialistes, le leadership de la gauche. C'est bien, mais de quel gauche parle-t-on ? celle qui se nourrit de petites phrases assassines et se contente de ça pour exister ou d'une gauche qui ferait son boulot, contrer la droite, pied à pied, surtout quand celle ci continue, imperméable à la crise, le mécontentement ressenti par certains mêmes qui l'ont portée au pouvoir, à dérouler son entreprise de démolition.

 La récession, la France n'y a échappé que de très peu au 3ème trimestre, et elle sera là au pied du sapin. les annonces de licenciements et plans sociaux fleurissent, les ravis de l'Assemblée, Copé, Chatel et l'insupportable Bertrand en tête nous annoncent leur grande joie du consensus régnant sur le travail le dimanche dans la tribu godillot.

 Histoire d'en rajouter une couche, on continue sur la retraite à 70 ans quand, au même moment sortent des études signalant, quelle surprise, que tous les français (avec des disparités encore plus marquées niveau européen) ne sont pas égaux devant le vieillissement et que l'on peut nettement voir des clivages socio professionnels dans la façon de vivre sa retraite.

 Sans rire, il y aurait des métiers plus usants ou pénibles que d'autres ? Quelle découverte...De cela, les godillots ne concluent rien, tout juste sortent-ils les exemples de Guy Roux et de Montagnié, oubliant que dans leur cas , leurs métiers respectifs, étaient les passions d'une vie (et de plus plus rémunérateurs qu'éboueurs, manoeuvre de chantier, caissière ou autre) Allez, vive la retraite à 70ans, surtout si l'on meurt à 68 ans.

 Accessoirement, le DAL risque une condamnation pour avoir "embarassé la voie publique". 320 000 euros sont réclamés par la justice, toujours aux ordres. Une affaire qui fait les délices du Figaro

 Et au PS ? Euh, Bertrand, suite aux conseils de Lionel décide de s'allier avec Martine car ils n'aiment pas Ségolène, Benoit s'interroge, occupera-t-il la place du mort ou celle de l'arbitre ? Ségolène voit des anti elle même partout et, un gars de l'extérieur, François, donne son avis pour rappeler qu'il existe.

 Après avoir tourné le nième épisode des "Roses sont cuites", ils recommenceront peut être à faire de la politique.

 D'ici là, la droite à le champ libre et ne se prive pas pour ricaner à son aise. Elle aurait d'ailleurs tort de se gêner.

Commenter cet article

Olive 19/11/2008 12:54

Oui le PS fait un peu du n'importe quoi, comme quoi la place doit être bonne, pour qu'ils se battent autant.Tiens en plus aujourd'hui dans les echos, Xavier Bertrand annonce que dans des entreprises il y aura le riqsue de baisse de salaire de 15 à 20%.On est mal, sauf que Sarko n'aide toujours pas les français qui se lévent tôt !!!