PS : faites vos jeux (et oui, rien ne va plus)

Publié le par Rébus


 Au départ, ils étaient 4, puis Bertrand se prit les pieds dans un texte mal relu où il expliquait qu'il était libéral, maladroit quand on veut prendre la place du premier Secrétaire de la Gauche Molle. même si le fonds de pensée est commun, soc dem, toujours prêt à se rallier à la main invisible du marché, plutôt que de la prendre dans la gueule, il ne faut pas trop le dire.

 Bertrand était le chouchou des médias qui le voyaient déjà chef. Sarkozy en son château en était assez content, il se voyait déjà corriger l'insolent  en 2012.

 Les médias se rappelèrent alors que 3 autres prétendants étaient là, quand bien même l'une d'eux était au frigidaire d'après ses dires.

 On pu donc voir le jeune Hamon prononcer un discours profondément de gauche, un ancrage réel du PS à ses racines, une volonté de rupture avec la jospinie déliquescente, celle qui permet d'avoir des Pascal Lamy à l'OMC et des Strauus Kahn au FMI tout en se prétendant de gauche. (Il se trouva par la suite de saccointances avec Delanoé, mystères de la pensée politque)

 On ressortit Martine Aubry des dorures lilloises. Une ville de Lille qu'elle na gardé que grâce au Modem mais chut, pas de  médisances.

 Aubry, c'est les 35 h,  l'apocalypse pour la droite. Une apocalypse qui a quand même permis de faire avaler le gel des salaires pendant des années ainsi que l'annualisation (plus des compensations financières aux entreprises, jamais restituées après la casse des dits accords). Aubry et son sale carctère, aussi connu effectivement, Aubry femme de pouvoir, de tête et d'influence, avec de réelles convictions de gauche.

 Last but not least, Ségo...Marie Ségolène Royal, immortalisée par sa sortie sur la bravitude, cruchisée devant l'éternel pour une bonne part de l'intelligentsia mais dont malgré tout, la motion arrive en tête ! Réchauffée par tout ça, celle qui terrassa en son fief le dragon somnolent Raffarin sortit du frigidaire.

 Et là, les querelles recommencèrent.

 Le Tout sauf Sarko  à la mode en 2007 devint le Tout sauf Ségo. En mêm temps, le PS c'est un peu beaucoup "sauve qui peut".

 Alors qui choisir dans cet attelage ? Perso, j'irai bien reprendre des nouilles mais quelques fois il faut se décider.

 J'ai parcouru quelques blogs pour voir, de gauche, mais d'opinions divergentes, Dédalus, Jon, totalement opposés dans leurs choix, d'autres tels que Stef ou NicolasJ. qui s'interrogent également  se trouvant un peu dans la position ou je suis, dubitatif

 En résumé, à la base, je soutenais la candidature d'Hamon et je trouve toujours des trucs intéressants dans sa motion, mais je ne crois pas à une viabilité de sa candidature (pas en tant que Premier Secrétaire) mais en tant que présidentiable. Puis merde, des années que nous, vilains gauchistes raillons la taille de Sarkozy. Hamon n'est pas très grand, je crois. Méfiez vous du retour de bâton s'il accède à l'escabeau suprême;

 Aubry, femme de conviction au point d'en être tranchante parfois, mais pour moi, barrée pour l'opinion la plus populaire qui n'a vécue les 35 h que comme une perte de pouvoir d'achat et l'accumulation de nouvelles contraintes (annualisation, décompte des pauses) donc, non, je ne crois pas en Aubry.

 Royal, la perdante de la présidentielle 2007, mais aussi celle dont même Mélenchon, adversaire politique déclaré au point d'être parti fonder son joujou perso, reconnait la pugnacité et , pourquoi pas, la possibilité de virer le TGH de l'Élysée (ne soyons pas trop optimistes quand même). Alors oui, si je suis loin d'approuver certaine de ses idées ou sa stratégie, j'ai de la sympathie pour Royal, moins pour les boulets à la Valls qu'elle traine.

 Le problême des alliances, avec le Modem, ou le NPA, arrêtez d'être naîfs, il y en aura, officiellement, officieusement, ça s'est toujours fait. Chirac a aidé Mitterrand à battre Giscard en 81, la rose avait encore des épines en traversant le Panthéon et personne n'a trop vigoureusement protesté.

 Le problême, c'est l'alliance,ou pas, avec le Modem. Hum, y a des modemistes plus à gauche que des PSistes à la Strauss Kahn, alors les étiquettes.

 Quand au constat fait par Royal de la droitisation de la France, je le partage. Un pays qui envoie Le Pen au 2ème tour en 2002 et installe Sarko à l'Élysée en 2007 est bien un pays qui a glissé, dérapé totalement à droite. Un pays qui trouve normal les sempiternelles complaintes sur les assistés, les fainéants, les immigrés, brefs tous les "autres", est un pays qui s'est droitisé. Ces gens ne se réveilleront pas de gauche du jour au lendemain.

 Si j'étais idéaliste, je dirais allez NPA en force, je suis plus cynique et Royal m'apparait comme le moins pire des choix. Aux autres composantes de la gauche de lui faire comprendre qu'elle ne peut jouer seule dans son coin et de lui faire gauchir son programme.

 Le dualisme entre Hamon et Royal chez moi n'est pas nouveau, en relisant ce billet, je m'aperçois que j'avais baptisée Motion C, la motion de Royal (alors que c'est celle de Hamon, bonjour Docteur Freud).

 A l'arrivée, tout ce qui compte, c'est de virer Sarko et sa clique. le programme, les programmes, les courants, on peut les définir avec les mois qui viennent mais il faut arrêter le jeu de massacre. Alors, n'importe qui,mais , une fois les jeux de pouvoir,passé, va peut être falloir s'activer...et suivre, quitte à grincer des dents si c en'est pas le candidat que nous aurions choisi chacun de notre côté. Ou alors, on va à la pêche aux prochaines élections ou on se spécialise dans le blog sur le tricot (parait que ça marche bien, ça, l'avais lu chez IrèneDelse, il y a quelques temps

 Aucune envie de réentendre Matthieu et Macias, moi.

Commenter cet article

Sourieau 23/11/2008 12:58

Voila un commentaire que j'apprécie, je me reconnais dedans et peut être aurais je pu l'écrire. J'ai depuis hier matin comme la gueule de bois sans avoir bu . Pour faire partie d'une section locale, je peux parler de ce que je ressens, un chef suprême qui dit comment il faut voter et que ci ca ne correspond pas à ces désirs il sévira. Des réunions ou on ment sans vergogne, ou au lieu de rassembler on divise à tour de bras . Je suis certainement très naïve mais je veux un parti qui défende les faibles, les malchanceux, les parents isolés, les gens sans toit, enfin tous ceux qui ne peuvent pas parler car ils n'ont jamais la parole et ne l'auront jamais. Evidemment dans notre section nous avons voté contre l'avis du chef, gare aux représailles . Un parti ouvert , tolérant  défendant les idées de gauche , allant à l'affrontement avec cette droite qui endort, qui change d'avis qui n'a que mépris pour les licenciés, les travailleurs précaires enfin tout ceux qui n'ont pas un compte en banque garni.J'ai lu relu les motions, je suis arrivée à cette conclusion , je vote Ségolène, bien sur tout n'est pas parfait mais qu'a t'elle fait pour avoir tant de haine autour d'elle, et quand même il faut se souvenir de la présidentielle , sans ces vieux coqs qui ont fait plus que de la résistance, elle aurait été élu mais voilà ils tiennent bien trop aux grains qu'ils se disputent à manger.
J'ai 71 ans, si je me bats c'est pour les jeunes, ils ne peuvent eux rien faire et n'en ont surement pas envie avec le si triste spectacle que nous leur donnons.
Bon courage Rébus communauté .

pas perdus 20/11/2008 19:27

On verra bien ce que les militants choisiront. Au-delà de l'Elu-e, ce sera la façon dont le PS va bosser et être perçu dans les médias et par l'opinion publique qui seront important.
Soit ce sera le statu quo, soit il y aura une dynamique pour rassembler et contester le pouvoir en place... Avec tous les coups que l'on subit, tous les éléments sont réunis pour que la mayonnaise prenne.

Rébus 20/11/2008 18:40

Dédalus, sur le fond et même les idées, on a le même constat, je pendse juste que les français étant ce qu'ils sont Hamon est rop jeune, pas encore légitime à leurs yeux et Aubry est gr_illée, donc Ségo par défaut quoi. Mais il faudra qu'elle gauchise sa position, les soutiens inconditionnels et les hommes ou femmes providentiels, pas mon truc.
Si c'est pour un caporalisme sauce gauche, ce sera sans moi... Et la différence de la gauche avec la droite, c'est que, malgré tout, je l'espère, on sait rester crtiques

gertrude 20/11/2008 17:05

Je partage ta perplexité Rébus; on finit par se dire que n'importe quel "has been" de gauche fera l'affaire si il est capable de virer la Sarkouille et le plus vite possible!! j'aime beaucoup l'écriture de ton article, cela redonne un peu de pêche.

rachid 20/11/2008 13:44

Message personnel
Shalom aleykhum
Depuis quelques mois maintenant, je travaille avec un groupe de jeunes sur l’Armée d’Afrique.
Et cela me fera plaisir que tu partages avec nous ton sentiment en laissant un commentaire, un avis,…
Mais surtout ton regard sur cet oubli historique.
A bientôt sur leur blog
http://lavenircestmaintenant.skyrock.com/