Pour Darcos, les lycéens sont manipulés

Publié le par Rébus


 Pauvre Darcos, arriver à sortir ce genre d'arguments, c'est vraiment pitoyable. Ta pensée se désagrège, monsieur l'agrégé. Fais gaffe, tu vire complotiste, tu risques de finir comme Bigard, interdit de télé, ce qui est dramatique en sarkozie.

 Manipulation, oui, bien sûr, comme celle de l'ultra gauche faisant dérailler les trains ou les afghans poseurs de pétards mouillés ? C'est vrai qu'à force de baigner dans la  barbouzerie permanente, on voit des manips partout...Sauf que, vu son état de de déliquescence, et le peu d'écho que son "discours" (s'il y en a un) rencontre, qui le PS pourrait-il manipuler ?

 Ce mythe des lycéens manipulés, tous les gouvernements, de droite surtout, l'ont sorti quand leurs projets se voyaient contestés. C'est tellement plus facile que d'écouter les "Darcos, si tu savais, ta réforme où on s'la met".

 Ton truc mal foutu, tu peux t'y accrocher, personne n'en veut. Ta vision de la société,  et de la place attribuée à l'éducation dans cette société, c'est ça qui est visé, Darcos, ça, et la plupart des idéaux sarkoziens.

 pas fou, ton boss, il ne s'y est pas trompé, t'obligeant à un surprenant numéro de rétropédalage, tu avances ou tu recules, qu'est ce qu'elle devient ta réforme ridicule ?

 Une chose est sûre, les lycéens ont montré qu'une forte mobilisation pouvait faire reculer la girouette en chef. une leçon à méditer lors de la future grève du 29 janvier.

 Pour ta réforme, mon petit Xavier, ben, elle subira le sort de celles de Devaquet et consorts. Pasqua et ses boys avaient eux aussi, à l'époque, parler de manipulation de la gauche, avant de trop lacher la bride à leurs voltigeurs.

Commenter cet article

Le Prétorien 21/12/2008 21:14

Bien entendu que ces pseudos lycéens sont manipulés.Quant on voit les revirements de la FIDL – signataire avec l’UNL et les syndicats d’enseignants et de proviseurs de la réforme Darcos en juillet, pour la dénoncer en décembre – n’ont aucun rapport avec l’intérêt supposé des lycéens. Il s’agit essentiellement pour cette courroie de transmission du PS de créer des conditions sociales propices à un retour du parti sur la scène politique et sociale, après des mois d’éclipse consécutifs à une impitoyable guerre des chefs. Le monde lycéen - et estudiantin - a toujours été un terreau fertile et facile : il suffit de quelques bons slogans réducteurs assénés par des professionnels pour emporter l’adhésion enthousiaste d’une AG d’adolescents…
Avec un budget de 80 milliards d’euros, premier de la nation - devant le remboursement des intérêts de la dette abyssale de la France, et très largement devant la Défense nationale - avec un taux de croissance systématiquement supérieur à celui du PIB (voir rapport de la cour des comptes), l’Education Nationale semble d’abord soucieuse de fournir de gras moyens d’existence à ses syndicats officiels, bien avant d’assurer la formation des enfants et des adolescents. L’Education nationale à la française est l’une des plus onéreuses parmi celles des pays de l’OCDE mais aussi l’une des plus inefficaces et des plus inégalitaires.

aliciabx 21/12/2008 10:08

De toutes façons, le gouvernement a besoin de coupables.J'ai entendu les gens de ces manifestations et ils sont très mâtures.Ils pensent par eux-mêmes et ça ne plaît pas.

Olive 21/12/2008 09:39

Grâce à sa marche arrière et des phrase comme tu cites, Darcos rentre dans le club fermé des ministres loosers, qui sont pas crédibles.Heureusement qu'il y a encore lycéens et étudiants dans ce pays pour résister à la Sarkozie.

Rébus 20/12/2008 20:56

Merci pour la chaine Stef (et Nicolas). Alicia, comme Jean, je ne crois guère aux pétitions, même si j'ai signé celle dont tu parles mais lelnanoprésident ne partira pas suite à une pétition même si celle ci était beaucoup plus massive

Jean 20/12/2008 20:04

Au risque de passer pour un rabat-joie, je ne crois pas à la pétition pour la démission de sarko.Je crois plus utile de rien lâcher sur des trucs concrets commes les projets sarkozystes sur l'éducation, la santé, la liberté d'expression,...A propos de rien lâcher, je crois nécéssaires de rappeler que ce qui menace les manifestations lycéennes actuelles, c'est le risque de ne pas mobiliser au delà des vacances de fin-d'année... Malgré les antécédents qui existent et sur lesquels certains se sont cassés les dents (Balladur, Villepin,...), il ne faut pas crier victoire trop tôt.