Chômeur et sarkozyste ? Difficile à vivre, non ?

Publié le par Rébus


 Comme on a pu le voir lors de la publication des stats (peu commentées pour une fois par les ministres), le chômage continue d'avancer.

 Pendant longtemps, envers et contre tout, la droite umpopuliste attribuait cette progression à divers facteurs, la gauche, les 35 h,  ce qui pour un umpiste revient au même, voire à l'état providence et au gout prononcé des français pour la fainéantise.

 Pensez donc un peuple qui ne rêvait que de travailler moins, qui ne pensait qu'à ses loisirs... On avait donc bien à l'oeuvre une France décadente, dénoncée par tous les déclino cassandristes à la Baverez/Marseille, des gars persuadés que "c'était mieux avant".

Dur de savoir où exactement cet avant mythique se plaçait (san doute n'existait-il que dans leur imaginaire) mais, avec une bonne campagne made in Bouygues and co, la France d'après, celle de Sarkozy, l'Élu du Medef, verrait le jour. Une France ou l'on rognerait les privilèges éhontés des profiteurs/chômeurs et des bienheureux rmistes.

Une bonne cure de coups de pieds au cul façon "2 offres raisonnables sinon couic" et tout ce petit monde retournerait bosser, pour pas grand chose évidemment, mais en fermant sa gueule.

 53 % de votants ont donc choisi cette politique du coup de latte dans la tronche, du combat contre les chômeurs, plutôt que de combattre le chômage. Ok; la lobotomie continuelle des médias peut aider, mais ce choix a été fait en conscience par beaucoup.

Le problême, c'est de savoir ce qu'il se passe à l'heure actuelle, quand les plans sociaux se multiplient chez ces sarko votants. Qu'arrive-t-il à un casseur de fainéasse et bouffeur de rmiste lorsqu'il reçoit sa lettre de licenciement ?

Sur le coup, on imagine bien qu'il est un peu sous le choc, normal ; mais après ? Il entend son petit président promettre quelques mesurettes et dire "c'est la crise, c'est pas ma faute". Peut être l'approuve-t-il dans un premier temps et reste-t-il encore fidèle à ses amours droitistes.

Mais bientôt viendront les premières lettres de refus (quand il aura la chance qu'on lui réponde), le Pôle Emploi lui mettra la pression, lui faisant insidieusement comprendre que, franchement, il pourrait y mettre un peu de bonne volonté et tiens, vous reprendrez bien un peu d'offre d'emploi raisonnable ?

Là, notre ex électeur sarkozyste aura commencé à se rendre compte, mais un peu tard, de la réalité du quotidien des chômeurs. Les écailles lui seront peut être même tombées des yeux et il pensera que, en mai 2007, il aurait peut être dû réfléchir un peu plus longuement.

Pour paraphraser Juan, déçu du sarkozysme, que ressens-tu ?

Commenter cet article

Le Patriote 05/03/2009 19:16

Depuis l’ouverture totale des frontières et l’abandon d’un système protégeant les emplois nationaux, des pans entiers de notre industrie régionale s’écroulent les uns après les autres.
Alors que la classe politique dirigeante (Verts-PS-PCF-Modem-UMP) nous avait vendu, notamment lors du référendum sur le traité de Maastricht en 1992, un système économique européen qui devait nous apporter le plein emploi, les faits sont là : cette Europe-là ne nous aura apporté que délocalisations, désindustrialisation, casse sociale et chômage.
Les ouvriers français sont sacrifiés sur l"hotel de la mondialisation .Soutien à l’ensemble du monde ouvrier victime de la politique ultralibérale des partis du système depuis 30 ans.
Il faut mettre en place un nouveau protectionnisme comme l’ont fait certains grands pays, notamment les Etats-Unis et le Japon, par le rétablissement de nos frontières économiques, par une protection douanière, par l’encadrement des mouvements de capitaux et l’instauration de la préférence nationale.

Slovar les Nouvelles 04/03/2009 19:01

Une double peine qu'on pourrait presque trouver juste si elle était appliquée à Sarkozy et à ses ministres

la fleur 04/03/2009 15:15

Et ti là Marius !  té va la fermer ? ..1. Avant de d'affirmer que je suis un vieux ,  fait moi voir ta tronche pour voir si tu as le crâne rasé ! ..çà me permettra peut être d'avoir, dans ton intérêt , une autre image de toi , quand je te réponds.. la mienne est disponible sur mon blog ! et je suis pas sûr que tu fasses moins vieux que moi ! .. mais si j'en juge tes écrits de merde , c'est sûr que ton esprit est plus vieux que que le mien ! Car...les immigrés qui prennent le boulot des gaulois ( comme toi )  ..et donc la cause du chômage .... c'est vieux comme Hérode ! .. Et largement dépassé ! 2. Apparemment, c'est toi qui semble obsédé par mon passé syndical , tu n'arrêtes pas de le rappeler ! ..à chaque commentaire de ta part ! .....Bon, je veux bien comprendre que ce soit un lourd handicap pour toi ..  qui ne milite que derrière un clavier , qu'à travers de copiés-collés , piqués sur une presse nauséabonde , et qu'à travers un " collectif imaginaire " .. Mais tout de même ! .....Pour ton info , au présent , sache que moi,  je continue de militer ( en vrai ) ...notamment au travers 2 associations , et que j'ai pas besoin de mon passé .. bien qu'il soit tout à mon honneur .( j'ai été d'utilité publique et j'irai sans doute au paradis pour celà  ) .. En tout état de cause , je préfére le mien sans équivoque  au tien ! .. petit parasite de mes deux ,  qui squatte les blogs de gauche ! ... sans même avoir le courage, le cran , d'en faire un soi-même !Il est vrai que toi, avec ton collectif imaginaire , serait la risée du net , surtout si tu y ouvrais les commentaires 

Stun 04/03/2009 10:43

"Pendant longtemps, envers et contre tout, la droite umpopuliste attribuait cette progression à divers facteurs, la gauche, les 35 h,  ce qui pour un umpiste revient au même, voire à l'état providence et au gout prononcé des français pour la fainéantise."Avis perso... les idées TOR (Tout Ou Rien) ou binaires ne répondrons jamais aux problèmes de politique!Les 35 heures furent une idée interessante, mais leur application pitoyable à flingué le travail dans les PME (mon père était patron d'un petite PME depuis 1982, et je suis moi même salarié d'une petite boite, je pense avoir une vision des deux cotés) et le gouvernement n'a jamais voulu reconnaitre cet echec (comme d'hab).Le gout prononcé des français pour la fainéantise est assez vrai  je trouve (moi le premier), mais toujours pareil, c'est pas tout le monde! Et ce n'est pas la raison du chomage en france.A mon avis, on peux aussi tapper sur l'ultra médiatisation de la crise qui bloque tout les investissements, même dans les secteurs qui ne sont pas touchés.Après, comme les autres, je ne vois pas qui peut remplacer Sarko à l'heure actuelle. Je ne supporte pas ce nain, mais, dans les remplacants possible, qui pourraient bien prendre des decisions pour nous, gueux : salariés, chomeurs, petits patrons et non plus pour des quicagénaires cravatés gagnants en un mois ce que  je en gagnerai jamais en un an, le tout sur notre dos?(Changer de dictateur pour un autre n'a pas tellement d'interet...)

Marius 03/03/2009 14:19

Ce vieux La fleur obsédé par son passé Syndical ne voit pas qu'une des causes du chomage sont dans le commentaire tout à fait clair.Et vous savez tres bien que l'on est contre Sarko.  Aussi,enfonçons le clou, parlons du chômage du à l’immigration qui résulte des emplois occupés par des travailleurs étrangers à l’U.E ou à une nation européenne, et qui devraient être assurés par des nationaux.                                                                Les entreprises sont allées chercher des employés qui pouvaient accepter d’être moins bien traités que les nationaux dans des pays pauvres. Aujourd’hui la routé a été ouverte, des filières se sont organisées pour faire venir ces travailleurs qui ne peuvent travailler « qu’au noir » ce qui exerce une forte pression sur la baisse des salaires.
Mais soulignons un fait, personne ne peut dire, là non plus, avec certitude, quel est le pourcentage correct de la population étrangère et donc des travailleurs immigrés.Un exemple : la majorité des travailleurs immigrés sont : non qualifiés, or la France confrontée à la concurrence des pays émergents, ne peut plus créer d’emplois « bas de gamme » pour absorber des travailleurs non spécialisés. Ces emplois sont partis depuis longtemps vers l’Europe centrale ou de l’Est, l’Asie ou l’Amérique du Sud ou la main d’œuvre est taillable et corvéable à merci.
Il y a deux façons d’opérer en matière d’immigration : le laissez faire qui consiste à laisser entrer tout le monde, favorisant ainsi la misère et les ghettos, puisque l’on ne peut rien faire de la majorité de ces gens.'est la méthode La fleur. Ou les aider à rester chez eux, en favorisant une véritable politique d’aide à rester au Pays, totalement à rl’inverse de ce qui c’est prodigué jusqu’alors, d’envoyer des sommes folles aux potentats de certains pays qui enferme nos générosités dans des coffres loués par des banques en Suisse.
Autre solution : laisser chuter les salaires des ouvriers français au niveau de ceux de ces pays, émergents. Attention nous nous dirigeons vers cette solution. L’U.E et le mondialisme nous entrainent dans cette direction.
Nos immigrés créés, eux aussi, du chômage :

Chiffres du chômage - Français et immigrés


Origine
Hommes
Femmes


Français
11,5 %
16,1 %


Etrangers d’origine européenne
11,3 %
16,0 %


Etrangers d’origine africaine
26,9 %
42,9 %


Turcs
28,9 %
47,9 %



Juste un mot pour affirmer que l’entrée de la Turquie serait suicidaire. Le chômage des Turcs : chacun peut le vérifier, ils montent de petites Sarl, s’y inscrivent comme travailleurs, (non comme Gérant) déposent le bilan quelques mois après, et se mettent au chômage pour aller travailler au noir » dans des grandes entreprises que nous pourrions citer, (celles qui montent les immeubles en verre par ex).