Moins de crédits pour l'insertion

Publié le par Rébus


Le nombre de chômeurs de catégorie 1 ne cesse d'augmenter, on peut supposer que les autres catégories ne sont pas épargnées par ce phénomène.

Il serait  donclogique  que, la crise s'installant durablement, le gouvernement à talonnetttes prévoit des dispositifs spéciaux, notamment pour les chômeurs les plus en difficultés.

De tels programmes existent et sont confiés à des entreprises dites d'insertion. En cette période ou, par principe de vases communicants, le nombre de rmistes (et donc de "personnes en difficulté d'accès au travail") va s'accentuer, on pourrait penser qu'un effort particulier serait fait.

Mais non, on n'est pas à Bisounoursland mais chez Nicolas Sarkozy, c'edst à dire un type qui n'a pas tout à fait les mêmes priorités que la majeure partie de la population. Soutien mordicus à son grotesque bouclier fiscal et autres aberrations bouffeuses de deniers publics et d'un seul coup, oups, faut faire gaffe à la dette.

Et là, on rogne sur des lignes de crédit diverses. Bizarrement, ce sont toujours les budgets à vocations sociales qui sont visés. L'insertion voit donc ses crédits révisés à la baisse, les entreprises du secteur s'attendaient à une augmentation de spostes, c'est raté.

L'article du Monde qui me sert de source  est avare en chiffres, rappelons simplement qu'à côté de ça, Hadopi coutera au minimum 6.7 millions d'euros par an.

Chacun ses priorités.

En attendant, toi, mal inséré -au choix, sans abri, analphabète, ex détenu, handicapé, immigré, toxico (dixit Le Monde)-, tu es prié de rester tranquille dans ton coin.

Alors mode my life on,  je ne figure dans aucune des catégories citées, et pourtant je suis actuellement dans une entreprise de ce genre ; n'en déplaise au Monde, un coup dur est vite arrivé et on peut se retrouver rapidement en voie d'exclusion, quand bien même l'on serait un blanc trentenaire et diplômé.

C'est aussi pour ça que réduire l'insertion à destination seulement de franges marginales de la population, même si elles sont fortement présentes dans ces entreprises n'est qu'un artifice destiné à minimiser la saloperie véhiculée par la diminution des budgets; le mal inséré, c'est l'autre. Hé non, et quand bien même !

Cocasserie supplémentaire, cette annonce tombe le lendemain du Sarko sur la formation professionnelle

Commenter cet article

Rébus 06/03/2009 22:30

On se détend le patriote, merci.Tout se désagrège, pas faux, mais en enlevant  ou réduisant le les moyens d'insérer, réinsérer alors même que le chomage explose est un non sens total.Les solutions, arrêter les chèques en blanc au Medef, la destruction du code du travail, favoriser la formation professionnelle des adultes et en finir avec le culte du dividende avant tout.Rie à voir avec des délires sarkoziens ou lepenistes sur l'économie, l'immigration et autres fadaises

Le Patriote 06/03/2009 21:31

Rébus vous etes aveugle ou quoi les causes du chomage vous les connaissez.Alors l'insertion des chomeurs OK,mais pour leur donner du travail dans quel secteur TOUT se désagrege.Les entreprises fermes ou délocalises.Alors au lieu de vous lamenter sur le constat de la politique de Sarkosy l'imposteur de la vrai droite,apporté- nous des solutions autres que celles que l'on propose.

la fleur 05/03/2009 23:55

Quand tu vois ce que Sarko a donné aux patrons  ( 8 milliards ) .. contre 2 ( proposé au sommet social des syndicats ) .. et sans compter  ce qu'il a donné aux banques .. t'as compris ta douleur ,  et ses préférences !  alors faut pas demander " l'insersion" ..juste un point de détail négligeable , pour le monarque !

Rébus 05/03/2009 18:29

Merci Etiam, je viens d'y laisser un com

Etiam Rides 05/03/2009 16:42

Il est revenu.