Otan/Russie, le retour de la Guerre Froide ?

Publié le par Rébus


 Notre petit président, Sarkozy le bien aimé es ttout content, il va pouvoir parader auprès des généraux américains, comme dans ces films qu'il aprrécait tant enfant.

Le retour de la France dans l'Otan, c'est Nicolas dans son Hollywood personnel ; Nico star qui prépare des guerres, des invasions, des trucs ultra secrets et importants avec John Wayne and co.

Blague à part, ce retour ne sert à rien, et fait braire nombre de députés UMP (souvent le député UMP brait, on ne sait pas pourquoi), outrés de l'affront fait à la mémoire de De Gaulle (pour mémoire l'UMP avant dêtre un jouet sarkozien est l'héritier du RPR, lui même revendiquant l'héritage gaulliste).

J'avoue avoir du mal à comprendre en quoi, malgré les explications de Fillon et Don Nico, cet assujettissement aux volontés américaines - l'Otan n'étant guère que le jouet de Washington - va renforcer l'indépendance nationale (à prononcer en enflant la voix, c'est mieux).

Une France totalement réintégrée à l'Otan en 2001 est une France qui aurait dû aller en irak, que les français y soient opposés n'aurait rien changé.

Un truc surtout, c'est, à quoi sert l'Otan aujourd'hui ? À l'origine, c'était supposé protéger le monde occidental de la menace bolchévique mais maintenant ? On ne sait pas trop, peut être juste maintenir une hégémonie occidentale face aux puissances émergentes.

C'est comme ça que Medvedev, le jouet de Poutine, semble comprendre cette volonté de l'Otan de se redéployer. Et, pour le coup, le nouveau tsar de l'ex empire rouge voit de la même couleur, pique un coup de sang et décide un plan de réarmement massif.

Boum, en 2 temps, 3 mouvements, la Guerre Froide ressurgit, du moins un truc qui y ressemble. Remplacez les ex pays non alignés par les puissances montantes  que le Nord tente de freiner,  la Chine faisant son jeu à part, et on retourne des années en arrière, n'en déplaise aux théoriciens de la fin de l'histoire.

En 1968, un slogan disait "Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi", ben, maintenant, il est devant.

Commenter cet article

Rébus 22/03/2009 13:48

Ah, alors je me suis trompé effectivemment. Pour le reste, il n'y arien à assumer, chacun est libre de ses opinions et, pour tout dire, il doit être plus difficile actuellement detre sarkozyste qu'en mai 2007 par exemple.Une bonne chose, ça me fera un blog opposé à suivre et ça c'est constructif

Florence Soriano-Gafiuk 22/03/2009 11:59

Le côté "récent" de mon blog est trompeur : c'est seulement la rubrique "Sarkozy" qui est nouvelle. D'autres rubriques proposent un petit florilège de mes billets :http://www.florence-soriano-gafiuk.fr/blog/actu-politiquePour le côté "fan de", en revanche... j'assume !  :)Florence Soriano-Gafiuk

Rébus 22/03/2009 10:50

Ah, le truc sur les comités, ça fait très propagande officielle. Et désolé, mais mon antisarkosisme primaire n'est poas la seule raison pour m'opposer au retour de la France dans l'Otan.Pour la partialité, euh, je viens de jeter un oeil à ton blog, paille, poutre et tout ça.Blog tout neutf d'ailleurs, un rapport avec le PMU euh, l'ump qui veut réinfluencer le net.Sinon, ton blog fait assez "fan de"

Florence Soriano-Gafiuk 22/03/2009 00:01

Les arguments exposés dans les commentaires ci-dessus peuvent à peine être pris au sérieux !  Honnêtement, il faut être bien peu au fait des réalités pour s'indigner soudain du retour de la France dans l'OTAN, lorsqu'on sait que notre pays est en fait  déja impliqué dans 36 des 38 comités de l'Alliance. A l'évidence, cette décision constitue une chance pour notre Nation de pouvoir peser davantage sur les décisions prises collectivement, et d'imprimer parallèlement un effort nouveau en faveur de la défense de l'Europe. Quant aux invraisemblables assertions d'Olive, qui voit dans cet état de fait une trahison de De Gaulle, nous répondrons que le contexte géo-politique mondial a beaucoup évolué depuis 1966, et nous conseillerons à Olive la lecture de l'excellent ouvrage d'Edouard Balladur ("Pour en finir avec De Gaulle"), qui explique par le détail dans quelle mesure une fidélité indéfectible aux choix gaullistes ne se justifie pas lorsque lesdits choix ont été pensé dans une conjoncture totalement différente de celle qui est la nôtre.Je termine en disant que je désapprouve fermement cette propension à déprecier systématiquement toute initiative pourvu qu'elle soit l'oeuvre de notre gouvernement. Je considère qu'une telle posture est contraire à tout principe d'équité et d'objectivité, sentiment que je ne développerai pas plus avant dans la mesure où je m'en explique sur mon propre blog.Florence Soriano-Gafiuk

la fleur 21/03/2009 12:49

c'est une décision politique imbécile, qui ne présente aucun avantage, mais au contraire , qui nous place clairement dans le camp occidental , à savoir devenir les vassaux des gendarmes du monde ( l'axe du bien ) .. plus aucun rôle d'arbitre, de voix spécifique , crédibilité perdue , c'est la seule qui nous restait , car en fait la France, ce n'est plus qu'une petite tache sur le globe .  Il nous enléve ce qu'il nous restait d'original ...On peut aussi se mettre à la place des russes, dont le pacte de Varsovie a été désintégré , suite aux pays de l'Est , ayant rejoint l'Europe ... devenue une base avancée des US.  Nul doute qu'ils réagiront par une forme de rééquilibrage ,  d'ou un réarmement plausible , et effectivement un nouveau rideau de fer .