Des chauffeurs de bus sanctionnés suite à une agression

Publié le par Rébus


 Pas à dire, on vit une époque formidable. Après avoir été agressés des chauffeurs de bus ont refusé de reprendrre leur service.

 

 La logique voudrait que l'on comprenne leur geste, le choc subi, la répétition de ce genre de phénomènes et l'appréhension quand à leur renouvellement régulier. De plus, ce genre de choses est prévu, ça s'appelle le droit de retrait.

 

 Des mouvements de grève dans les transports ont déjà eu lieu suite à des agressions. Il apparait normal que ce chauffeurs veuillent exercer tranquillement leur métier, non ? Donc ,ils ne reprennent pas leur service...

 

 Et que décide leur direction ? On se doute bien que, comme toute entreprise, elle n'est pas ravie d'une grève entravant son activité. Mais elle peut faire preuve d'un minimum d'empathie, de compréhension. Non, pas là, pas dans cette affaire.

 

 Les 4 chauffeurs qui n'ont pas repris leur service sont menacés de sanctions. Déjà, ils perdent leur journée de salaire et la direction, peut êttre en off, vu que c'est un syndicaliste CGT Transport qui a lâché sa petite bombe, fait même savoir que le "futur déroulement de leur carrière" (les agents incriminés) pourrait être "impacté" par cette affaire.

 

 Pour moi, on est clairement devant des menaces proférées par la direction enver ses salariés. Des salariés à qui elle foit pourtant assurer des conditions de travail décentes, c'est à dire au minimum sécurisé ou au moins tranquilles. mais non, cette direction préfère menacer.

 

  Le droit de retrait, tout prévu et légal qu'il soit peut donc être revu selon les désideratas d'un quelconque DRH. Marrant au pays de Sarkozy, l'éternel ministre de l'intérieur, le zorro qui protège de tout, le garant de la sécurité quand il ne met pas le feu aux banlieux, il semblerait que le droit à la sécurité ne s'applique plus dès lors qu'il va à l'encontre des intérêts d'une entreprise.

 

 On peut être sûr que les mêmes chantres du tout sécuritaire s'empresseraient de venir se pavaner pour nous asséner leurs "racailles/karsher" si des arrestations avaient été faites. Là, rien et silence absolu, des fois que des syndicalistes considèrent cette attitude comme une déclaration de guerre. Dommage, Sarko aurait adoré pouvoir
faire oublier les calamités dont son gouvernement nous abreuvent quotidiennement par un petits fait divers sécuritaire.

 

 Pour les faits, ils se sont produits à Bagnolet, 4 bus (dont 3 quasi en même temps) voyant leurs vitres explosées. Un vandalisme constaté mais la réaction des conducteurs est qualifiée d'absence illégale.

 

 Tous les prétextes sont bons dans ce pays pour en finir avec le droit de grève. Ce fait divers qui pourrait paraitre malheureusement anecdotique est révélateur de plusieurs choses, l'imbécillité des caillasseurs de bus, qui n'ont rien à gagner à l'arrêt des dessertes et cette espèce d'inhumanité tranquille et quotidiennne qui s'installe dans le monde du travail.

 

 Une attitude ou un petit chef peut nier ou presque votre statut d'être humain avec, certes des devoirs dans le cadre du travail, mais aussi des droits salariaux, légitimé qu'il est par lambiance de joyeuse décomplexion règnant maintenant autour des questions du droit de grève et du droit du travail.

 

 C'est ça aussi la vie en Sarkozie, le retour de la loi des petits chefs (avait-telle jamais réellement disparue). Bref, une histoire bien gerbante mais pas très médiatique.

 

 Attention aux dérives possibles. À Charleroi, en Belgique, un chauffeur (ex para commando) a tabassé un passager. Une altercation entre les deux hommes avait vue le passager à sortir une lame, le chauffeur aurait vu rouge et aurait quelque ca bossé (sévèrement même) son adversaire.

 

 Ça devient dangereux de prendre le bus

Commenter cet article

ultrahardcore 02/06/2008 16:31

Preferez le metro et le train

racaille-du-69 02/06/2008 16:25

D'empathie ou d'humanité dans les transports ? ça se saurait ! J'ai vu chez moi des contrôleurs refuser qu'un passager donne un ticket à une personne, en plein délire, malade mentale évidente, qui était monté dans un bus sans titre de transport. A Lyon, les bu attendant au terminus sans que les gens qui attendent n'aint le droit d'y monter, sauf 3 min. avant le départ, qu'il pleuve, qu'il fasse - 20°, qu'il tonne... Alors non, je ne crois pas que les employeurs dans ce secteur puisse avoir un quelconque souci de cet ordre-là.

chiron 02/06/2008 01:12

Bonsoir Rébus!!! je confirme il est dangereux de prendre le bus "la circulation est infernale en bus comme en voiture" plus personne ne respecte rien la tension monte à tout les niveaux "avec les exemples que l'on a ... et la crise alimentaire, le carburant trop cher, çà dégénère "manger ou conduire il faut choisir"

ciel23 01/06/2008 23:43

Vive la marche à pied !

TendrePoison 01/06/2008 20:09

Et bien les employés ne doivent pas céder face à la menace. Ils n'ont pas le choix, s'ils le font on leur rira au nez la prochaine fois qu'ils voudront défendre un droit. L'ambiance générale est à la remise en cause de tous les droits qu'on croyait acquis, et les petits chefs psychopathes sont à la noce ! c'est un rapport de force ouvert, ils doivent se défendre. tout le systeme vire au pathologique et ça se propage dans tous les domaines