Affaire Siné, ça continue

Publié le par Rébus


 En plein désert politique aoutien, il faut bien que les journalistes restés au port s'occupent un peu. C'est bien, ça fournit de la polémique à deux ballles et occupent les unes et les journaux télés, permettant d'occulter notre faillite démocratique perpétuelle ainsi que le train de mesures anti sociales  qui s'est déroulé jusqu'au départ en vacances de sministres et députés, abolissant des "privilièges" bien moindres que ceux foutus en l'air  il y a plus de 200 ans, unre sorte de balancier historique s'établissant dans l'indifférence médiatique.

 Prenons un anarchiste à poils durs comme Siné qui, sa vie, son oeuvre durant, aura tapé sur toutes les autorités et religions. Tabassant sans nuance les curés, les mollahs, les flics, les militaires, tous les ordres possibles et imaginables, tous ces trucs insupportables pour un amateur de bonne chère, de pinard, de chats et de musique.

Mettons en exergue une de ses phrases où il se contente de dire que Jean Sarkozy est un arriviste, conviction fortement partagée par beaucoup de gens. L'arriviste Jean veut épouser l'héritière Darty. Cette dernière est juive (pratique religieuse et non race, toujours utile de le rappeler), le chevelu ray banné va donc se convertir à la foi de sa future épouse.

 Pour avoir dit ça, Siné se prend l'accusation suprême pour nos médias, il est antisémite.

 Non, Jeannot Sarko , pour Siné, joue à "qui veut épouser des millions ?", les millions en question auraient été protestants, boudhistes, musulmans ou ce que vous voudrez, la conclusion di vieil anar aurait été la même ; sauf qu'il n'aurait pas eu à encaisser cette nucléarisation de sa personne.

 Montée au créneau de l'inévitable BHL, qui ne loupe jamais l'occasion de l'ouvrir  même si, comme souvent, il n'a rien à dire. Pétition de 20 gugusses contre Siné, diverses plaintes associatives, exhumation par des vautours à carte de presse de la dépouille de Desproges, lui demandant de juger son vieux pote, Delanoé dans la bataille aussi (pas grave, il se contente de renforcer la défiance que j'avais à son égard) et une étonannte absence de recul d'un homme que j'admire, Robert Badinter.

  Une pétiton de soutien à Siné est lancée et Gérard Filloche s'emporte contre les flingueurs/moralisateurs du caricaturiste.

 Dernière en date, tirée du Monde, une fraction de la LCR publie une tribune pour se désolidariser du soutien apporté par la Ligue à Siné.Besancenot s'égarerait dans l'antisémitisme et la ligue dans l'antissionisme primaire.

 Un peu facile, messieurs, d'accoler ces deux notions, non ?

 Marrant, pour une fois que j'étais d'accord avec le rondouillet facteur et sa ligue de révolutionnaires "mais pas ce soir, j'ai piscine".

  Bref, le feuilleton de l'été, une polémique stérile, mais qui occupe (la preuve par ce billet).

 De toute façon, j'ai la preuve que Siné est antisémite. Voyez plutôt :

 Siné est misanthrope, comme l'était Céline
 Siné, comme Céline, aime les chats
 Céline était antisémite
 Donc, Siné est antisémite CQFD

 Voilà, mes amitiés aux pétitionaires et aux tribuns fatigués et fatiguants (je n'ai pas cité Val, c'est vrai, mais pas envie de parler de ce type plus que nécessaire)

Commenter cet article

Thierry 10/08/2008 21:52

Je demande au moderateur de jetter un oeil sur le site proposé dans le 4eme commentaire, c(est a gerber surtout les commentaires. PUIS VIREZ MOI CE COMMENTAIRE,SVP!!!VOUS N'ALLEZ PAS FAIRE DE LA PUB AU FN...

Yaneck 10/08/2008 19:54

Ah, un fan de Filloche, c'est sympa... Intéressant comme gars. Mais soyons tous avec Siné. L'antisémitisme est devenue l'arme suprême de tous les lâches. Et dire que pendant ce temps, LE Pen, lui, est toujours réellement antisémite.  

RX13 06/08/2008 00:31

Je n'était pas au courant de la polémique, ni même de l'article, et ce n'est qu'hier que j'ai lu un article annoncant "Siné porte plainte pour menace de mort". Les petits soldats entraient en action. L'affaire semblait louche et ton explication me parait bien plus probable. Siné, amoureux de musique comme tu le dis, aimait Thelonius Monk, et un homme qui écoute Monk ne peut pas être mauvais.Tchüss

Olive 05/08/2008 17:40

Comme ça ils ont enfin trouvé, la solution pour virer Siné qui dérange ! Dommage que la démocratie en France fout le camp !!!

Luc 05/08/2008 15:17

mercredi 23 juillet 2008Charlie Hebdo racheté par ClearstreamL'entrée au capital de la chambre de compensation luxembourgeoise ouvre une nouvelle ère pour l'hebdomadaire satirique Français. En effet, jusqu'ici, la société par actions qui commandait aux destinées du journal était détenue majoritairement par Philippe Val et Cabu. Et ils ont décidé de vendre leurs parts à Clearstream qui détiendra désormais 51% du capital.Hier soir, Philippe Val saluait la manne sans précédent qu'allait amener Clearstream qui "va garantir la survie et l'indépendance de Charlie". L'actionnaire Luxembourgeois va procéder à une augmentation de capital qui devrait permettre de faire grossir le tirage. Il est en outre évoqué la possibilité de transformer Charlie en hebdomadaire gratuit. "C'est en effet une des pistes explorée par le nouveau propriétaire" soulignait Philippe Val."C'est un événement sans précédent dans l'histoire de la presse Française" clamait Richard Malka, l'avocat des deux parties, après la signature du rachat. C'est lui qui avait mis en relation Philippe Val, alors à la recherche de nouveaux financements, avec les patrons de Clearstream, il y a de cela 3 ans maintenant.Mais l'euphorie qui régnait hier soir dans les bureaux de la rue de Turbigo cachait mal les difficultés rencontrées pour aboutir à cet heureux dénouement.Il y eut tout d'abord les réticences de Clearstream face à la réputation sulfureuse de l'hebdomadaire Français. "Il a fallu donner des gages de bonne conduite en quelque sorte" analyse Cabu. La direction de Charlie Hebdo va alors n'avoir de cesse de faire évoluer sa ligne éditoriale, "tout en gardant l'esprit Charlie" nuance le dessinateur. Tout s'est accéléré au moment de l'affaire des caricatures. "Ça a été le tournant" renchérit Bernard Maris, le rédacteur en chef. "Il a fallu brusquer la tradition du journal et certains collaborateurs, mais c'est à ça qu'on reconnaît les grands managers" précise le journaliste dans un hommage non-dissimulé à son patron. C'est à ce moment que la tradition contestataire de la rédaction s'est définitivement éteinte et que le futur actionnaire s'est trouvé rassuré, même si Philippe Val a dû redoubler d'efforts ces dernières semaines pour convaincre définitivement la chambre de compensation. L'édito sur Denis Robert et le licenciement de Siné achevèrent de séduire Clearstream.Il ne restait qu'à convaincre la société des journalistes de Charlie Hebdo, dont le vote était rendu obligatoire par les statuts. D'après nos informations, les débats ont été âpres et la cession du journal n'a été entérinée qu'à une voix près, celle de Charb persiflaient les déçus d'hier.Philippe Val appelait hier soir "les opposants au projet à se ranger sous la bannière de Clearstream ou à démissionner".A ceux qui redoutent un "embourgeoisement" du journal, Philippe Val rétorquait : "Je préfère parler de modernisation. La presse a besoin de diversifier ses modes de financement. Et puis quand même, Clearstream, ce n'est pas un actionnaire comme les autres. Ça a un côté un peu provoc' que n'aurait pas renié Choron...".http://onsefechier-anatic6.blogspot.com/2008/07/charlie-hebdo-rachet-par-clearstream.html